Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/04/16 | 13 h 07 min

Shokjang, Tibétain, écrivain emprisonné fait appel de sa peine de prison, en se référant au texte : « Protégé par la Constitution de la Chine ».

Tibet-Writer-Shokjang-2015

Un écrivain tibétain, Shokjang, aussi appelé Druklo, a été emprisonné le 17 février par le Tribunal intermédiaire de Rebjong  – Tongren en chinois – dans le district de Malho (Huangnan), une préfecture du Qinghai,  province du Nord-Ouest chinois, selon une source [qui garde l’anonymat ] du service tibétain de RFA (Radio Free Asia).

Shokjang vient de protester contre sa condamnation auprès de l’instance supérieure du Qinghai, dans un recours de 17 pages, dont une copie est parvenue à RFA, dans laquelle il démontre la protection de ses écrits par la loi en Chine.

Ecrivant en tibétain et en chinois, Shokjang ajoute que la Constitution chinoise garantit la liberté d’expression, écrite en particulier, selon cette source qui témoigne sous couvert de l’anonymat.

« Il serait prêt à s’excuser si l’un de ses écrits avait enfreint la Constitution sans le savoir », complète cette source.

« Il a aussi mentionné que sa femme et ses enfants comptent les minutes et secondes jusqu’à son retour, en espérant une décision rapide et positive de la Cour d’Appel. »

La famille de Shokjang n’a pas été autorisée à lui rendre visite depuis sa mise en détention.

Dans un récit antérieur auprès de RFA, une source de la région avait détaillé la détention secrète de Shokjang, le 19 mars 2015, coïncidant avec l’enlèvement d’un de ses amis.

« Avant sa détention, il avait raconté l’accroissement des forces armées et de sécurité chinoises, dans la région de Rebgong, et de leurs activités de répression sur les Tibétains ».

Shokjang avait écrit ce mois-là sur la situation dans les écoles de Kangtsa – Gangcha -, du district de Tsojang (Haibei) appartenant à la Préfecture Autonome Tibétaine du Qinghai.

Shokjang fait partie des 23 journalistes et 83 bloggers que le Parti Communiste Chinois a mis derrière les barreaux, d’après le rapport de Reporters Sans Frontières (RSF), paru fin 2015.

La traduction de la lettre intégrale de Shokjang est disponible sur: « Un blogger populaire tibétain affirme son innocence dans une lettre en prison ».

Traduction France Tibet