Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

10/08/16 | 10 h 05 min

Un moine tibétain contestataire porté disparu après une manifestation solitaire, retrouvé en détention dans une prison chinoise

Jampal-Gyatso

Jampal Gyatso, 22 ans, a été condamné lors d’un procès tenu secret, sans que ses parents (ou d’autres membres de sa famille) aient l’opportunité d’assister à l’audition ou de choisir un avocat pour le représenter.

La Chine a de nouveau emprisonné un moine bouddhiste tibétain à Ngaba (en chinois : Aba) dans la province du Sichuan. En septembre 2015, Jampal Gyatso 22 ans avait manifesté en solitaire dans la rue principale de Ngaba en prônant une image du leader spirituel banni du Tibet : le Dalaï-lama et criant des appels à la liberté pour le peuple tibétain. Arrêté et détenu, il était porté disparu depuis cette date, selon le Service tibétain de Radio Free Asia, (Washington, le 1er août). Plusieurs Tibétains, témoins de la scène de protestation, avaient également été détenus pour avoir crié leur soutien à ce moine.

Le rapport cite ainsi que Jampal Gyatso avait été condamné à un procès secret, sans possibilité donnée à ses parents – ou à d’autres membres de sa famille – d’assister à l’audition ou de choisir un avocat pour le représenter. Il purgea ainsi durant 3 ans une peine de prison. Puis la famille du moine a appris le 1er août qu’il serait jugé, sans que la date du son procès ne soit connue.

Jampal Gyatso dit être détenu dans une prison du comté de Maowun (Mao), située à environ 350 km du chef-lieu de Ngaba. Il n’y a cependant aucune information au sujet de sa santé ni sur ses autres conditions .

Le rapport indique aussi que ce moine est originaire du village n°3 de  l’ agglomération de Meruma du Ngaba, comme son père Surya, sa mère Tare Kyi, ainsi que son frère et sa soeur.

Traduction de Marie CLERGEAU pour France Tibet