Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

26/10/16 | 18 h 19 min

Sengdra, un officiel tibétain arrêté pour s’être plaint de corruption, vient d’être libéré après avoir purgé une peine de 15 mois.

Un Tibétain emprisonné pendant 15 mois pour avoir posé des questions concernant la corruption du Gouvernement, a été libéré de prison dans la province du Qinghai au nord-ouest de la Chine, après avoir purgé sa peine, déclare des sources situées dans la région.

Sengdra, qui a été élu chef de la commune de Kyangche dans la préfecture de Golog (ch. Guolo) en 2014, a été libéré approximativement à 10h30  ce 18 octobre 2016, selon une source locale qui a informé le  service tibétain de la RFA.

« Il  s’est rendu directement au monastère de Je Kumbum puis il est retourné chez lui », ajoutait cette source anonyme.

Détenu depuis le 14 décembre 2014 au motif d’avoir conduit des « activités illégales », Sengdra avait plus tard été condamné à un an et trois mois de prison et purgeait sa peine au centre pénitencier de Dongsheng près de Xining, toujours selon cette source.

« Pendant sa période de détention, il a travaillé dur et si on compare sa condition physique maintenant par rapport à ce qu’elle était il y a un an, sa santé a décliné. Il semblait faible après sa libération, mais son corps ne porte pas de stigmate de blessure ou de coup. »

Plainte pour corruption

Avant son arrestation, Sengdra avait questionné les autorités à propos de l’utilisation faite de l’argent alloué aux projets pour sa commune, nous apprend la source de la RFA.

« Il a discuté le déséquilibre entre les fonds annoncés par le Gouvernement et ce qui avait été réellement dépensé » déclare la source, ajoutant que « Cela a pu agacer les autorités et mené à sa détention »

« Il a ensuite été accusé d’activités illégales pour les quatre dernières années et condamné à quinze mois de prison. »

Les projets de développement dans les zones tibétaines ont mené à de fréquents affrontements avec des Tibétains accusant les sociétés chinoises et les officiels locaux de dérober de l’argent, de saisir abusivement des terres et de perturber la vie des habitants.

Beaucoup de ces affrontements donnent lieu à de violentes répressions, à la détention des organisateurs et à d’intense pression sur les populations locales afin qu’elles se soumettent aux souhaits du Gouvernement.

Traduction France Tibet