Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

20/05/15 | 23 h 11 min

KHANGSAR ( TIBET ), 21 mai 2015 : Tenzin Gyatso, Tibétain de 35 ans, s’immole par le feu dans le Tibet oriental

Immolation_tibet

tenzin gyatso 2015

Dharamshala, 21 mai 2015 : Un homme de la ville de Khangsar dans le comté de Tawu, s’est immolé par le feu, devenant le 140ème tibétain à s’auto-immoler pour protester contre les autorités chinoises depuis 2009.

, 35 ans, a donné son corps aux flammes ce mercredi dans la soirée, 20h, heure locale, pour protester contre le déploiement massif des forces de sécurité chinoises dans le comté de Tawu où les Tibétains avaient prévu de fêter les 80 ans du leader tibétain en exil, le Dalaï Lama.

Des sources précisent que Tenzin Gyatso s’est exécuté dans la rue, face à un bâtiment abritant un meeting entre des fonctionnaires du gouvernement. Les agents de l’ordre se sont immédiatement rendus sur place et emportèrent le corps carbonisé. Du fait des sévères restrictions sur les moyens de communication, nous ne pouvons pas savoir si Gyatso est encore en vie ou non.

Les autorités chinoises du comté se méfient des protestations issues de larges rassemblements de Tibétains. Les fonctionnaires des différents ministères ont déjà mené diverses campagnes pour  rééduquer politiquement les Tibétains.

Gyatso a une femme, Sonam Dolma et quatre enfants.

Kalsang Yeshi était le dernier Tibétain à s’être immolé par le feu. Il est mort des suites de son immolation le 22 décembre 2014 devant un poste de police placé dans l’enceinte d’un monastère.

D’après un témoin, les forces de l’ordre ont mené des recherches, interrogé plusieurs Tibétains et en ont harcelé d’autres, allant jusqu’à arrêter des personnes ayant montrer un « faciès déplaisant ».

A la suite de cette immolation par le feu, encore plus d’agents de l’ordre ont été déployés dans Khangsar et des restrictions de déplacements et de communication ont été mises en place dans cette zone.
RFA a tenté de contacter le poste de police du comté de Tawu mais personne ne répond.

Le gouvernement tibétain en exil continue d’affirmer que les auto-immolations « représentent un nouveau seuil du désespoir et de la frustration des Tibétains. » Ce dernier désigne la politique chinoise comme responsable, du fait  » de la répression politique et religieuse, de la marginalisation économique, de la discrimination sociale et de la destruction de l’environnement du Tibet. » Pourtant la Chine accuse le Dalaï Lama d’instiguer les auto-immolations à l’intérieur du Tibet.

 

Traduction France Tibet