Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

09/06/15 | 8 h 07 min par France Tibet

Un Tibétain arbitrairement arrêté pour sa rêverie

reve_arrêté

Quand toutes les libertés tombent, il ne reste plus que la liberté d’esprit. Un Tibétain, au milieu d’un groupe, s’éprit d’un élan nostalgique, et dit à son auditoire qu’en regardant la Lune, il était possible de voir le Dalaï Lama. Tous se sont alors tournés vers l’astre de la nuit (ajoutons que pour les Tibétains, la Lune représente souvent le Panchen Lama et le soleil le Dalaï Lama. La Chine a donc déjà kidnappé une fois la lune des Tibétains ). Nous pouvons tous rêver, nous laisser prendre dans un élan onirique, nous laisser emporter dans un monde de douceur. Même éveillé, même en prison, même après une séance de torture, il reste ce moment de liberté et d’évasion symbolique.

Sauf qu’au Tibet, la police guette, épie, en uniforme, en civil. Elle a ses informateurs et ses rapporteurs. L’une de ses oreilles aura entendu de loin cette envolée de liberté et cette évocation du Dalaï Lama. Ni une, ni deux, la police a arrêté au hasard un des Tibétains du groupe de rêveurs. C’est tombé sur Phurbu Namgyal, 20 ans, sa jeunesse et ses rêves.

Détenir une photo du Dalaï Lama est un délit aux yeux des autorités chinoises, même une image chérie dans son esprit. L’arrestation arbitraire permet  d’annihiler le rêve de tous, et suggère que tout rêveur pourrait se faire arrêter.

Pourtant l’état chinois n’hésite pas à déclarer faire des progrès en matière de droits de l’Homme.