Vincent Munier aurait-il enfin trouvé son Graal ? Après cinq années à courir sur les traces de la panthère des neiges, sur les plateaux enneigés et frisquets du Tibet, le photographe voyageur « rentre au port ». Quelque part dans une jolie cabane près du Haut du Tôt. Avec en poche, deux superbes ouvrages dont « Tibet minéral animal », qui évoque sa dernière expédition dans ce coin perdu du monde. À la recherche de ce félin « à la robe mouchetée d’ivoire et de poussière. »

« J’ai envie de lever le pied. De faire des choses dans les Vosges. L’état de nos forêts est préoccupant. » Pour ce dernier voyage, peuplé de grands rapaces, de renards, de yacks sauvages et d’étonnants chats de Pallas… l’aventurier solitaire s’est fait accompagner par l’auteur et géographe Sylvain Tesson, qui lui a prêté sa plume dans ce nouvel hymne à la nature d’Asie centrale. « Nous nous étions rencontrés sur des festivals. L’idée d’aller à l’affût l’excitait bien. J’aime son écriture incisive et poétique. Il connaît bien l’Asie centrale. »

Sylvain Tesson, courageux compagnon de voyage

L’écrivain, victime d’un accident lourd de conséquences physiques en 2014, partait pourtant avec un certain handicap… « C’était un vrai défi physique défi pour lui. Nos sacs pesaient 30 kg, il faisait froid. C’était très dur. Il a été un courageux compagnon de voyage. Que du bonheur ! », note Vincent Munier. « Il a apporté une belle réflexion sur la posture à l’affût. Lui qui d’habitude bouge sans cesse. Et quel bosseur ! » La conjugaison de ces deux talents où pointe la rudesse d’un paysage laminé par le vent et la poussière, livre un beau regard à quatre yeux sur une nature et une faune rare et inexplorée. Deux regards teintés d’une poésie extrême pour nous rappeler à chaque instant combien la nature est belle… mais fragile. Un film signé de la réalisatrice Marie Amiguet sur cette expédition est en préparation.

« Tibet minéral animal » par Vincent Munier et Sylvain Tesson, Kobalann éditions, 65 €.

Sabine LESUR