Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

06/11/20 | 0 h 07 min par Office of Tibet Washington DC

WASHINGTON DC : «Statut du Tibet pendant la dynastie Ming», présentation par le professeur Lau Han Shiang

Le professeur Lau Han Shiang lors de la présentation en visio-conférence organisée par le Bureau du Tibet de Washington DC sur le thème : «le statut du Tibet sous la dynastie Ming» 

« Les anciens documents historiques chinois montrent que le Tibet est un pays étranger indépendant« , selon cet universitaire chinois, dans sa présentation et discussion en ligne, organisées par l’Office du Tibet de Washington DC

 «Statut du Tibet pendant la dynastie Ming».

Le professeur Lau, éminent chercheur sino-américain, consacre sa vie de retraité à des recherches approfondies sur le statut du Tibet et a produit cette publication historique intitulée :

«Le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine depuis l’Antiquité».

Dans cette session particulière, le professeur Lau présentait ses arguments fondés sur les documents faisant autorité durant la dynastie Ming en Chine. Ironiquement, il s’agit de la même source utilisée par la République Populaire de Chine pour affirmer que le Tibet faisait partie de la Chine.

Monsieur Ngodup Tsering, Représentant du Gouvernement Tibétain en Exil, souhaitait la bienvenue au professeur Lau et aux participants, tout en expliquant l’objectif de l’organisation de cet événement.

Le représentant rappelait d’emblée la position du gouvernement chinois qui a toujours proclamé que, depuis la dynastie Tang, le Tibet faisait partie de la Chine… position qu’il fut ensuite obligé de modifier en raison de l’insuffisance de preuves.

De plus, Ngodup Tsering rappelait que les conditions non pertinentes posées au Dalaï Lama par le gouvernement chinois ne faisaient que ridiculiser Pékin.

Le Tibet,  « partie inaliénable de la Chine » ?  Sa Sainteté a clairement déclaré qu’il ne pouvait pas changer l’histoire mais qu’il serait prêt à discuter de la voie à suivre.

Les zones ombragées sont des territoires sous l’empire Ming, le Japon, le Vietnam et le Tibet sont représentés non ombragés – Selon l’ancienne carte de l’empire Ming.

Tsultrim Gyatso, chargé des affaires chinoises à l’Office du Tibet de Washington animait la session et expliquait que la recherche d’une véritable autonomie pour tous les Tibétains, sous une seule administration chinoise, était le concept central de la politique de la Voie du Milieu.

Il exprimait sa gratitude au professeur Lau pour s’être rendu disponible « afin de parler du passé et du présent à notre jeunesse tibétaine« . Tsultrim Gyatso faisait aussi remarquer que jamais le professeur Lau n’acceptait de défraiements ni pour son travail, ni pour son voyage et son hébergement, lors de ces visites. Tsultrim remerciait les participants et encourageait les Tibétains à s’intéresser à la publication du professeur.

Le professeur Lau soulignait les raisons pour lesquelles le gouvernement chinois insiste sur le fait que le Tibet a fait partie de la Chine depuis l’Antiquité et qu’il ne s’agit ni d’une invasion, ni d’une occupation pour les raisons suivantes :

  • La RPC est signataire des Pactes de la Société des Nations de 1918 ;
  • La RPC est signataire de la Charte des Nations Unies de 1945 (ces deux documents interdisent les futures acquisitions territoriales par conquête).
  • En outre, la RPC est un membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, d’où la nécessité de respecter ces règlements.

Le professeur Lau soutient que dans les anciens documents historiques chinois, comme indiqué ci-dessus, le Laos, la Birmanie et le nord de la Thaïlande étaient mentionnés comme faisant partie de l’Empire Ming alors que le Tibet apparaît juste après le Japon et la Corée comme pays étrangers. Ces documents* sont disponibles sur le site Internet et ont été publiés entre la dynastie Yuan et la ROC (République de Chine), puis republiés et réimprimés par la RPC.

Cette heure et demie d’interaction virtuelle avec le professeur Lau fut une session particulièrement intéressante, fort instructive et parmi les plus édifiantes. Le Bureau du Tibet interagira à nouveau avec le professeur Lau pour une autre session virtuelle qui permettra d’étudier ses arguments sur le fait que le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine sous la Dynastie Qing.

Office du Tibet, Washington DC

*Complément d’informations en anglais :

https://www.vifindia.org/sites/default/files/national-security-vol-2-issue-1-article-HSlau.pdf

https://www.nationthailand.com/your_say/30344570#:~:text=Historically%2C%20Tibet%20has%20never%20been,was%20not%20under%20Mongolian%20rule.

 

Le représentant Ngodup Tsering s’exprimant lors de la discussion virtuelle.

 

Tsultrim Gyatso, chargé des affaires chinoises à l’Office du Tibet à Washington