Le Sénat américain a adopté à l’unanimité, le 25 avril 2018, une résolution sur le droit de la communauté bouddhiste tibétaine d’identifier et d’installer leurs chefs religieux, estimant également que toute ingérence du gouvernement de la République populaire de Chine dans le processus religieux du Tibet est «invalide».

La résolution (complète en anglais ici) a également commémoré le 59ème anniversaire du soulèvement du Tibet en 1959 sous le nom de «Journée des droits du Tibet».

La résolution a réitéré la déclaration de Sa Sainteté le 14e Dalaï Lama en 2011 selon laquelle la responsabilité d’identifier un futur 15ème Dalaï Lama incombe exclusivement aux fonctionnaires de son cabinet privé et qu ‘«en dehors de la réincarnation reconnue par ces méthodes légitimes, aucune reconnaissance ou acceptation ne devrait être à un candidat choisi à des fins politiques par quiconque, y compris ceux de la République populaire de Chine».

Le Président de l’Administration Centrale Tibétaine – CTA -, Lobsang Sangay, a exprimé sa profonde gratitude pour le soutien du Sénat américain, estimant que «cette résolution défend les droits inaliénables du peuple tibétain et s’oppose à toute tentative par des acteurs extérieurs, en particulier la République populaire de Chine, d’interférer dans le processus de sélection de la réincarnation. Le soutien unanime du Sénat américain envoie un message puissant à la communauté internationale et à la Chine en particulier. Cela crée un précédent pour les autres nations à suivre».

De son côté, Beijing a fait part le 27 avril de son opposition à cette résolution, indiquant que cela interférait dans les affaires intérieures de la Chine. Hua Chunying, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a indiqué que «la résolution reflète le fait que certaines personnes aux Etats-Unis sont toujours inexplicablement ignorantes et arrogantes».

Cette dernière a indiqué que «les membres du Congrès et les responsables des Etats-Unis auraient dû se concentrer sur le service de leur propre peuple, cependant, il est dommage qu’ils aient toujours ignoré de manière sélective les problèmes auxquels ils sont confrontés chez eux et manifestent un enthousiasme inhabituel pour s’ingérer dans les affaires intérieures des autres pays»