Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

17/06/16 | 17 h 19 min par Lambert Rouzet

WASHINGTON / PEKIN : La Maison Blanche : « Le Tibet fait partie de la Chine »

 

 

 

Maison Blanche

  » La Chine espère que les Etats-Unis respecteront leurs promesses concernant la reconnaissance du Tibet en tant que partie de la Chine et qu’ils ne soutiendront jamais son indépendance « , a déclaré le diplomate chinois.

C’est un rituel bien rodé et un peu étrange : le président américain Barack Obama reçoit mercredi le Dalaï Lama, mais les médias seront tenus à l’écart de la rencontre, ce qui suscite l’ire de Pékin. Si les journalistes n’ont pas été autorisés à assister au début de la rencontre, la Maison Blanche, comme le Dalaï Lama, ont diffusé après coup sur les réseaux sociaux une photo des deux hommes, tout sourire. Le Dalaï-Lama a déclaré à Reuters lundi qu’Obama était « un ami de longue date » , qu’il admirait pour son travail avec Cuba et l’Iran et ses récentes visites au Vietnam et à Hiroshima.

Interrogé sur ce point, le porte-parole de M. Obama, Josh Earnest, a simplement mis en avant le fait que le chef religieux n’était « pas un chef d’Etat », avant d’essayer, avec peine, de décrire la nature exacte de cette rencontre, qu’il a qualifiée, non pas de « privée »,  mais de « personnelle ».

dlw

Le Gouvernement chinois fait systématiquement pression sur les pays étrangers qui reçoivent le Dalaï-Lama, arguant qu’il n’est pas seulement une figure spirituelle. Le Ministère chinois des Affaires étrangères avait averti les Etats-Unis qu’une telle réunion risquait de nuire aux relations diplomatiques entre Pékin et Washington, a indiqué la Maison Blanche. Cette rencontre a eu lieu à un moment délicat dans les relations sino-américaines, Pékin affirmant de plus en plus ses revendications sur la majeure partie de la mer de Chine méridionale et procédant à la « poldérisation » de récifs comme les Spratleys, où des installations ont été construites.

Mais il reste un symbole de la lutte pour le Tibet à obtenir plus d’autonomie : de nombreux Tibétains dénoncent en effet l’oppression par la Chine, à la fois de leur culture et de leur religion. « C’est un exilé politique engagé depuis longtemps dans des activités séparatistes sous couvert de religion », avait-il encore ajouté. En mars 2014, il avait prononcé la traditionnelle prière qui ouvre une session du Sénat. « Vous êtes la nation à la tête du monde libre », avait lancé le chef religieux. Il est « un exemple puissant de ce que la compassion signifie, il est une source d’inspiration qui nous encourage à parler en faveur de la liberté et de la dignité de tous les êtres humains », avait alors déclaré le président américain.

 

Dernière minute  Appel téléphonique du  ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à John Kerry 
 PEKIN, 19 juin (Reuters) - Les Etats-Unis doivent se garder d'interférer dans les affaires intérieures de la Chine sur les sujets liés au Tibet, a dit samedi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à son homologue américain John Kerry au téléphone. Selon un compte-rendu de la conversation publié sur le site du ministère chinois des Affaires étrangères, le secrétaire d'Etat John Kerry a réaffirmé qu'aucun changement n'avait été apporté à la position américaine, qui maintient que le Tibet fait partie de la Chine, et ne soutient pas l'indépendance tibétaine. Barack Obama a reçu mercredi à la Maison blanche le dalaï-lama, chef spirituel en exil des Tibétains, malgré l'avertissement de la Chine pour laquelle une telle rencontre nuira aux relations diplomatiques sino-américaines. (Jake Spring; Julie Carriat pour le service française, édité par Danielle Rouquié)