Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

06/11/18 | 10 h 31 min par Christopher Booker

Xi Jinping a plus centralisé les pouvoirs que Mao

Le pays se dirige-t-il vers une crise économique et vers un chaos social ?

Quiconque désire savoir ce qu’il se trame récemment en Chine devrait lire une terrifiante analyse de Jonathan Tepperman rédigée dans le dernier numéro du US Journal Foreign Policy titrée « Chine : Le Grand Bond en Arrière ».

Cette analyse apporte une effrayante nouvelle perspective sur la façon dont le sinistre président Xi Jinping a modifié la façon dont la Chine est dirigée. L’essai divise l’ère post 1949 en trois périodes. Pendant 27 ans, la Chine était gouvernée par Mao Zedong qui causa catastrophes après catastrophes, entre autres Le Grand Bond en Avant en 1958 qui tua de famine près de 45 millions de chinois puis la Révolution Culturelle de 1966 qui entraîna d’innombrables millions de morts de plus.

La deuxième phase, initiée par Deng Xiaoping, durant laquelle on a vu la Chine réaliser cette prodigieuse transformation qui l’a faite devenir la seconde puissance économique. Et la clef de cette transformation était que, bien que toujours gouvernée par le Parti Communiste, le pouvoir était, à bien des égards, décentralisé, ce qui permis tous types d’innovation, en récompensant les innovateurs et en ouvrant le pays au reste du monde.

La troisième phase est celle de Xi Jinping. A rebours de la seconde phase, il a re-centralisé et concentré le pouvoir en ses mains en étant bien plus efficace que Mao en son temps tout en y associant un culte de la personnalité dans le style du Grand Timonier. La Chine est à nouveau un état policier répressif dont les camps d’emprisonnement de plus d’un million de musulmans dans le nord ouest de la Chine mis à jour pas la BBC ne sont qu’un exemple parmi d’autres.

Utilisant le prétexte de « lutter contre la corruption », Xi a orchestré une gigantesque purge de fonctionnaires et responsables en tout genre ainsi que quiconque suspecté de diverger « des pensées du Président Xi » (maintenant incorporé à sa nouvelle constitution). Il a coupé l’accès à Internet du monde extérieur et tente aujourd’hui d’absorber Hong Kong.

Tepperman qualifie cette troisième phase de « Grand Bond en Arrière » car Xi Jinping prend des mesures inquiétantes à la fois pour la Chine mais aussi pour le reste du monde. Le président de la Chine « démantèle méthodiquement toutes les mesures qui ont permis à la Chine de se développer ». Il a remplacé l’incitation au succès et à l’innovation par un règne de la peur, d’où le « Grand Bond en Arrière ».

Tepperman n’est pas le seul à tirer la sonnette d’alarme, d’autres experts analystes nous alertent que l’économie chinoise d’aujourd’hui est instable de manière inhérente et qu’une crise économique risque de se produire. Nous pouvons nous souvenir et mieux comprendre ce que l’illustre journaliste Walter Lippmann a dit dans les années 50 lorsqu’il lui fut demandé ce qu’il craignait le plus pour le futur du monde. Après une pause, il déclara, « une Chine détraquée ».