Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

13/06/19 | 16 h 49 min par Tenzin Sangmo

YACHEN GAR ( TIBET) : Près de 3 500 moines et nonnes, étudiants du Centre Bouddhiste tibétain, expulsés ; les autres sous étroite surveillance …

 Les autorités chinoises de la province du Sichuan ont récemment expulsé près de 3 500 moines et nonnes du centre bouddhiste tibétain Yachen Gar, dans le comté de Palyul, dans la préfecture de Kardze, a rapporté RFA.

Aussi connu sous le nom de Yachen Orgyen Samten Choling, le vaste complexe de temples fondé par Akhyuk Rinpoché à l’été 1980, abritait environ 10 000 pratiquants consacrés à l’étude et à la méditation des Écritures.

La campagne d’élimination dans une vallée isolée à 4 000 m d’altitude, qui a débuté en mai, visait principalement les résidents originaires de l’extérieur du Sichuan.
Aucun d’entre eux n’était autorisé à rester à l’écart de quelques maîtres bouddhistes exceptionnellement accomplis, tels que les lamas et les khenpos [instructeurs].
La source a ajouté que seuls les ressortissants du Sichuan seraient épargnés, tandis que ceux de la préfecture de Yulshul dans le Qinghai seraient autorisés à rester, à condition que les autorités de leur région d’origine donnent l’assurance que personne ne participerait à une activité politique.

Des sources précisent que près de 600 fonctionnaires chinois sont actuellement en poste permanent à Yachen Gar, aux fins d’ une surveillance étroite du Centre.

« Ils surveillent de près les mouvements des moines et surveillent tous les visiteurs extérieurs », selon cette  source, qui ajoute que les moines les plus expérimentés et les instructeurs de Yachen Gar se sentaient découragés par les renvois et ne souhaitaient pas en parler.
Les abris de fortune où vivaient les résidents extérieurs auraient été nettoyés, bien que les autorités chinoises n’aient encore détruit aucune habitation de moines et de nonnes comme ce fut le cas à Serthar Larung Gar, il y a quelque temps .

Dans un rapport publié en mars 2017, l’ ONG  Campagne Internationale pour le Tibet (TIC)  déclare que les restrictions imposées aux vastes complexes de temples du Comté de Serthar, dans le Sichuan, faisaient partie d’une « stratégie politique en cours » visant à contrôler l’influence et la croissance de ces importants Centres d’étude et de pratique du bouddhisme tibétain. .

En 2017 et 2018, au moins 4 820 moines et nonnes tibétains et chinois avaient été expulsés de Larung Gar, plus de 7 000 habitations et autres structures ayant été démolies à partir de 2001.

Selon le rapport sur les Droits de l’homme publié par le Département d’État en avril 2018, le Gouvernement Central aurait également ordonné la destruction de Yachen Gar, ce Centre d’éducation bouddhiste tibétain où  étudiants tibétains et chinois reçoivent ces enseignements.

Dans son rapport annuel de 2019 publié ce lundi10 juin la Commission américaine pour la liberté religieuse dans le monde -USCIRF – inscrit la Chine parmi les pires Etats dans le monde pratiquant la persécution de religions .

Tenzin Dorjee, président de la Commission américaine bipartite sur la liberté religieuse au niveau international, aurait déclaré à RFA que cette pratique de restrictions imposées par la Chine à Yachen Gar était une « violation flagrante de la liberté de religion ». Il ajoutait que l’affaire serait suivie de près et abordée dans toutes les enceintes importantes.

Traduction France Tibet