Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/02/18 | 19 h 29 min par David et AFP

ZHENGZHOU ( CHINE) : Avec ces lunettes dernier cri … « nous vous avons à l’ oeil » … ça promet …!

En Chine, la police de Zhengzhou utilise désormais des lunettes à reconnaissance faciale pour contrôler la population et arrêter des individus

La police de Zhengzhou, dans la province du Henan en Chine, a été équipée de lunettes de reconnaissance faciale pour faciliter les contrôles dans l’important flux de la gare de la ville. Des dizaines de personnes ont déjà été arrêtées. 

Durant la période du la Nouvel An lunaire, la police de la ville chinoise de Zhengzhou a pu utiliser pour la première fois un système de reconnaissance faciale instantanée, par le biais de lunettes spéciales. Utilisées dans la gare de la ville pour passer au crible l’important flux de voyageurs, celles-ci se sont révélées très efficaces pour un galop d’essai.

En effet, comme le rapportent les autorités relayées par Quartz, ce système a permis l’arrestation de sept personnes liées à des affaires criminelles importantes comme du trafic d’être humain et des délits de fuite. Il a également contribué à l’interpellation de 26 autres personnes qui voyageaient sous une fausse identité.

« En Chine, il est obligatoire d’utiliser sa carte d’identité pour les voyages en train. Cette règle permet d’empêcher les personnes qui ont de trop grosses dettes de prendre des trains à grande vitesse, et de limiter les mouvements de minorités religieuses dont les documents d’identité ont été confisqués et qui peuvent parfois attendre des années pour obtenir un passeport », explique le site Business Insider.

La base de données à laquelle est rattaché ce système est hors ligne, et est directement contenue dans un boîtier que les agents de police portent sur eux. Celle-ci contient les données de quelque 10 000 personnes fichées pour différents motifs illégaux, comme ceux que nous avons pu citer plus haut dans l’article.

De nouvelles capacités qui ne sont pas sans en inquiéter certains. C’est le cas de William Nee, chercheur à Amnesty International, qui déclare : « la possibilité de conférer aux agents de police une technologie de reconnaissance faciale avec des lunettes de soleil pourrait rendre l’état de la surveillance de la Chine d’autant plus omniprésent ». Mais la Chine semble résolue à adopter ce système à plus grande échelle, puisqu’elle travaille actuellement à la construction d’une base de données de reconnaissance faciale qui contiendra des informations sur l’ensemble de ses citoyens, soit 1,3 milliard de personnes.