Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

Accueil » Agenda » « Nowhere to Call Home : A Tibetan in Beijing » : Le parcours de Zangta est l’histoire de l’émancipation d’une femme, une Tibétaine, en Chine.
Le 03 février 2017 à PARIS / INALCO

« Nowhere to Call Home : A Tibetan in Beijing » : Le parcours de Zangta est l’histoire de l’émancipation d’une femme, une Tibétaine, en Chine.

 Communiqué de l’Association « Confluences Tibétaines »
Bonjour,

Nous vous transférons cette invitation pour la projection d’un film à l’Inalco, le 3 février prochain.

Nous vous attendons nombreux,

Confluences Tibétaines

Madame, Monsieur,

L’équipe ASIEs a le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire :

« Nowhere to Call Home: A Tibetan in Beijing » de Jocelyn Ford

Nowheretocallhome1
Date : Vendredi 3 février 2017 de 14h à 17h
Lieu : Auditorium de l’Inalco – 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

Communication introductive de Lara Maconi (CNRS, Inalco)
Discussion avec le public en connexion avec la réalisatrice, Jocelyn Ford, et en présence de Katia Buffetrille (EPHE) et Lara Maconi

Le film documentaire Nowhere to Call Home: A Tibetan in Beijing (2015) suit le parcours de Zangta, une jeune femme migrante tibétaine qui, avec son fils, quitte son village natal au Kham (province du Sichuan) pour tenter sa chance à Pékin.

Plusieurs problématiques autour de l’identité sont abordées dans le film: la question de l’identité sociale et du sort des migrants ruraux dans les métropoles chinoises ; la question de l’identité ethnique, car Zangta est une femme tibétaine dans la Chine des Han ; la question, enfin, de l’identité de genre, car Zangta entretient des relations très compliquées avec sa famille restée au village à cause de son statut de femme.
Les obstacles majeurs ne viennent en effet pas exactement de là où on s’attendrait: l’environnement urbain pékinois est dur et hostile, mais ce sont les traditions de son propre clan qui montrent une certaine réalité de la condition féminine dans les régions rurales tibétaines.
« Nowhere to Call Home »

aborde un thème de grande actualité d’une façon très nuancée. Sans rien laisser à la complaisance, le film parle de la situation de femmes dans les régions rurales tibétaines, une problématique qui demeure à ce jour très peu étudiée. Ce film a été traduit en onze langues et a reçu plusieurs prix en Europe et en Asie, le prestigieux Japan Prize for Educational Documentaries, entre autres.

Plus d’informations : http://tibetaninbeijing.com/

Jocelyn Ford

Jocelyn Ford est une journaliste radiophonique, réalisatrice et éducatrice américaine basée à Pékin. Elle vit en Asie depuis 35 ans, Tokyo d’abord, Pékin, ensuite ; d’ici elle anime Marketplace, une émission pour la radio publique américaine qui traite de faits ‘mineurs’ d’injustice sociale ordinaire. Suite à la réalisation de Nowhere to Call Home, Jocelyn anime des workshops de sensibilisation à la question de l’alterité culturelle dans les écoles chinoises.

Au plaisir de vous y retrouver,
Le comité d’organisation
Marlon APROSIO
Gestionnaire des unités de recherche ASIEs et CEJ
Direction de la recherche et des études doctorales
Bureau n°312
 RAPPEL des autres événements de ce début février 2017 .

 Institut national
 des langues
 et civilisations orientales
 2 rue de Lille
 Paris 75007, France
 Tél. +33 (0)1 81 70 12 24