Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

Accueil » Agenda » Alexandra David-Néel, aventurière et célèbre exploratricepassionnée par le Tibet évoquée jusqu’à fin mai
Le 31 mars 2017 à PARIS / MUSEE GUIMET :

Alexandra David-Néel, aventurière et célèbre exploratricepassionnée par le Tibet évoquée jusqu’à fin mai

Alexandra David-Néel : Une aventurière au musée

 

Du 22 février au 22 mai 2017

vignette AfficheALEXANDRA-D.NEEL
L’exposition évoque la célèbre exploratrice qui, par ses longs voyages à travers le Tibet, à partir de 1911, et les nombreux ouvrages qu’ils suscitèrent, touchant un large public, marqua l’histoire de la découverte de ce mystérieux pays et du bouddhisme tibétain par l’Occident. Très attachée depuis sa jeunesse au musée Guimet qui détermina sa vocation, elle lui légua à la fin de sa longue vie un lot de peintures (thangka), quelques masques de danses rituelles et surtout, la totalité de sa bibliothèque tibétaine. Un choix de ces ouvrages, manuscrits, cahiers, est présenté, ainsi que l’ensemble des œuvres du legs. La Maison d’écrivain Alexandra David-Néel de Digne-les-Bains participe à l’exposition par le prêt de photographies prises durant les séjours d’Alexandra David-Néel au Tibet, de fragments de lettres ou de manuscrits, parfois inédits, évoquant notamment  son lien avec le musée Guimet. Quelques planches d’une récente bande dessinée par Fred Campoy et Mathieu Blanchot, évoquant la riche existence de cette femme d’exception, complètent la présentation.

LOGO-web3


Le catalogue de l’exposition

Couverture catalogue exposition Alexandra David-Néel

Alexandra David-Néel, une aventurière au musée
Sous la direction de Nathalie Bazin, conservatrice des collections du monde himalayen, MNAAG

C’est sous l’œil bienveillant du grand Bouddha de la bibliothèque du musée Guimet que la jeune Alexandra David-Néel, née en 1868, découvre sa vocation : elle sera orientaliste et ses pas la mèneront sur les chemins, parfois périlleux, de l’Asie.
Durant ses séjours himalayens, cette aventurière collecte de précieux témoignages – livres, peintures ou masques de danse rituelle -, qui, riches de symboles, sont autant d’expressions des principes du bouddhisme ésotérique. En souvenir du ravissement premier connu au musée Guimet.

Alexandra David-Néel : Une aventurière au musée

Du 22 février au 22 mai 2017

Du 22 février au 22 mai 2017

vignette AfficheALEXANDRA-D.NEEL
L’exposition évoque la célèbre exploratrice qui, par ses longs voyages à travers le Tibet, à partir de 1911, et les nombreux ouvrages qu’ils suscitèrent, touchant un large public, marqua l’histoire de la découverte de ce mystérieux pays et du bouddhisme tibétain par l’Occident. Très attachée depuis sa jeunesse au musée Guimet qui détermina sa vocation, elle lui légua à la fin de sa longue vie un lot de peintures (thangka), quelques masques de danses rituelles et surtout, la totalité de sa bibliothèque tibétaine. Un choix de ces ouvrages, manuscrits, cahiers, est présenté, ainsi que l’ensemble des œuvres du legs. La Maison d’écrivain Alexandra David-Néel de Digne-les-Bains participe à l’exposition par le prêt de photographies prises durant les séjours d’Alexandra David-Néel au Tibet, de fragments de lettres ou de manuscrits, parfois inédits, évoquant notamment  son lien avec le musée Guimet. Quelques planches d’une récente bande dessinée par Fred Campoy et Mathieu Blanchot, évoquant la riche existence de cette femme d’exception, complètent la présentation.

LOGO-web3


Le catalogue de l’exposition

Couverture catalogue exposition Alexandra David-Néel

Alexandra David-Néel, une aventurière au musée
Sous la direction de Nathalie Bazin, conservatrice des collections du monde himalayen, MNAAG

C’est sous l’œil bienveillant du grand Bouddha de la bibliothèque du musée Guimet que la jeune Alexandra David-Néel, née en 1868, découvre sa vocation : elle sera orientaliste et ses pas la mèneront sur les chemins, parfois périlleux, de l’Asie.
Durant ses séjours himalayens, cette aventurière collecte de précieux témoignages – livres, peintures ou masques de danse rituelle -, qui, riches de symboles, sont autant d’expressions des principes du bouddhisme ésotérique. En souvenir du ravissement premier connu au musée Guimet. Alexandra David-Néel choisit de léguer au musée un ensemble de ces œuvres, ainsi que sa bibliothèque tibétaine. Grâce à ces pièces remarquables, complétées de notes manuscrites, d’objets personnels et de photographies, il nous est aujourd’hui donné de partir sur ses traces, dans un passionnant parcours, presque initiatique, dans les contrées du Tibet lointain.

Une coédition MNAAG/Rmn-GP
48 pages, 45 illustrations
Prix de vente : 10 €


La bande dessinée

Couverture bande dessinée ADN

Une vie avec Alexandra David-Néel
Bande-dessinée en deux tomes, de Mathieu Blanchot et Fred Campoy

Quand ta plus grande aventurière du 20e siècle dévoile ses secrets…
1959. La jeune Marie-Madeleine entre au service d’une vieille femme despotique : Alexandra David-Néel, exploratrice, philosophe, écrivain, qui fut, au début du siècle, ta première femme blanche à entrer au Tibet. Dans la villa de Digne-les-Bains où s’entassent les souvenirs de 14 années passées en Asie, Marie-Madeleine plonge dans la vie exceptionnelle de l’aventurière (tome 1). Dans le tome 2, (publié en février 2017) Alexandra fête ses 100 ans d’existence et entreprend à son âge de refaire un dernier « petit voyage ».
Racontée par Marie-Madeleine, le présent et le passé d’Alexandra s’entremêlent allant de l’épisode de Lhassa jusqu’à son enfance difficile, en passant par sa découverte du musée Guimet.

Une coédition Grand Angle/MNAAG, 16,90 euros


La programmation

 

Pour suivre le cheminement d’Alexandra David-Néel en Asie, des parcours dans les salles ont été prévus ainsi qu’une lecture de Neige de Pema Tseden donnée au salon Pelliot. Au centre de cette programmation, le 8 avril, Alexandra David-Néel est l’héroïne d’une Journée particulière : entre films, lectures et rencontres, chacun pourra déambuler dans le musée sur les traces de cette femme exceptionnelle.

Informations pratiques

 

 

Photo : Padmasambhava entouré de ses huit formes, Tibet, début du 19e siècle, musée national des arts asiatiques Guimet.
Crédit photo : RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) © Michel Urtado

Alexandra David-Néel choisit de léguer au musée un ensemble de ces œuvres, ainsi que sa bibliothèque tibétaine. Grâce à ces pièces remarquables, complétées de notes manuscrites, d’objets personnels et de photographies, il nous est aujourd’hui donné de partir sur ses traces, dans un passionnant parcours, presque initiatique, dans les contrées du Tibet lointain.

Une coédition MNAAG/Rmn-GP
48 pages, 45 illustrations
Prix de vente : 10 €


La bande dessinée

Couverture bande dessinée ADN

Une vie avec Alexandra David-Néel
Bande-dessinée en deux tomes, de Mathieu Blanchot et Fred Campoy

Quand la plus grande aventurière du 20ème siècle dévoile ses secrets…
1959. La jeune Marie-Madeleine entre au service d’une vieille femme despotique : Alexandra David-Néel, exploratrice, philosophe, écrivain, qui fut, au début du siècle, ta première femme blanche à entrer au Tibet. Dans la villa de Digne-les-Bains où s’entassent les souvenirs de 14 années passées en Asie, Marie-Madeleine plonge dans la vie exceptionnelle de l’aventurière (tome 1). Dans le tome 2, (publié en février 2017) Alexandra fête ses 100 ans d’existence et entreprend à son âge de refaire un dernier « petit voyage ».
Racontée par Marie-Madeleine, le présent et le passé d’Alexandra s’entremêlent allant de l’épisode de Lhassa jusqu’à son enfance difficile, en passant par sa découverte du musée Guimet.

Une coédition Grand Angle/MNAAG, 16,90 euros


La programmation

 

Pour suivre le cheminement d’Alexandra David-Néel en Asie, des parcours dans les salles ont été prévus ainsi qu’une lecture de Neige de Pema Tseden donnée au salon Pelliot. Au centre de cette programmation, le 8 avril, Alexandra David-Néel est l’héroïne d’une Journée particulière : entre films, lectures et rencontres, chacun pourra déambuler dans le musée sur les traces de cette femme exceptionnelle.

 

Photo : Padmasambhava entouré de ses huit formes, Tibet, début du 19e siècle, musée national des arts asiatiques Guimet.
Crédit photo : RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) © Michel Urtado