Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

Accueil » Agenda » Bien-être et conscience – Dialogue entre Mathieu Ricard et Steven Laureys ( Complet )
Le 13 mai 2015 à Liège / Maison des sciences

Bien-être et conscience – Dialogue entre Mathieu Ricard et Steven Laureys ( Complet )

Bien-être et conscienceDialogue inattendu entre Matthieu Ricard et Steven Laureys
imgFull Dates-Horaires : Le 13 mai 2015 à 20h15
Lieu : Amphithéâtres Opéra, place de la République française 41, 4000 Liège (Ouverture des portes à 19h45)
Thématique(s) : Conférence
Prix : 8 euros (tarif plein) / 5 euros (étudiants, retraités, demandeurs d’emploi ). Achat des places : a) en ligne depuis le bouton »S’inscrire » b) à l’Espace Opéra de l’ULg (rez-de-chaussée de la Galerie Opéra au centre de Liège) à partir du 21 avril. Réservation obligatoire – Dans les limites des places disponibles

Conférence de clôture de la saison 2014-2015 de la Maison des Sciences de l’Homme

Dialogue inattendu entre Matthieu Ricard et Steven Laureys

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l’on médite, c’est-à-dire quand « on ne pense à rien » ?

Les neurologues s’intéressent de plus en plus à cette question et, au moyen des appareils d’imagerie médicale (IRMf, Pet-Scan, EEG, etc.), cherchent à découvrir les corrélats neuronaux d’un cerveau en pleine méditation.

Directeur du Coma Science Group (ULg) et neurologue au CHU de Liège, Steven Laureys explore cette nouvelle voie de recherche. En mai prochain, il accueille pendant quelques jours le moine bouddhiste tibétain Matthieu Ricard, avec lequel il poursuivra une série de tests sur son cerveau au repos, pendant ses séances de méditation.

« Notre objectif est de vérifier les théories de la conscience déjà étudiées pendant le sommeil, le coma, l’anesthésie et l’hypnose, explique Steven Laureys. Y a-t-il une modification du cerveau lors de la méditation ? Le fait de ne « penser à rien » implique-t-il un cerveau « plat » ? Je ne le pense pas car la méditation est une « activité » neuronale et il doit être possible d’établir des mesures objectives d’un récit subjectif à l’aide de l’imagerie médicale. Celle-ci nous révèlera peut-être une activité intense des ondes cérébrales ou une consommation élevée de glucose pendant la méditation. »

Conférence publique animée par Véronique Thyberghien (RTBF, La Première)

Parallèlement aux objectifs de cette recherche scientifique, Matthieu Ricard et Steven Laureys échangeront face au public le mercredi 13 mai, sur le thème « Bien-être et conscience ». Ce dialogue entre le Chercheur, médecin spécialiste du cerveau et des comas de réputation mondiale, et le Moine bouddhiste, célèbre fils de l’académicien Jean-François Revel et interprète depuis trente ans pour le français du dalaï-lama, n’est inattendu qu’en apparence.

Auteur d’une thèse en génétique cellulaire à l’Institut Pasteur sous la direction du Pr François Jacob, prix Nobel de médecine, Matthieu Ricard demeure un scientifique de formation qui ne cesse de multiplier les rencontres entre la science et le bouddhisme.

Depuis une quinzaine d’année, il a rejoint le Mind and Life Institute, un institut américain créé sous l’impulsion du dalaï-lama pour favoriser le dialogue entre la science et le bouddhisme. Il « prête » aussi régulièrement son cerveau à la science, et après les universités de Princeton, Berkeley et Wisconsin-Madison aux Etats-Unis ou le centre de neurosciences de l’Inserm à Lyon, c’est à l’ULg et au CHU de Liège qu’il dévoilera l’intimité de son activité cérébrale, scrutée par les technologies les plus modernes de l’imagerie médicale.

La conférence publique sera l’occasion d’évoquer les objectifs de ces surprenantes recherches et, plus généralement, les relations entre conscience et bien-être, vues par un double regard.

 

A l’issue de la conférence, Matthieu Ricard et Steven Laureys dédicaceront leurs ouvrages. La librairie Pax sera sur place.

Les bénéfices de la conférence publique seront consacrés à la fondation Karuna Shechen créée par Matthieu Ricard pour porter des projets humanitaires auprès des populations défavorisées d’Inde, du Népal et du Tibet.

 

En partenariat avec :
logoP0
logoP1