Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/01/16 | 20 h 34 min par Ursula Gauthier

Larong Gar : Renouveau extraordinaire dans la province chinoise du Sichuan dans le monastère aux 25 000 nonnes

This picture taken on December 8, 2015 shows homes of Buddhist nuns and monks from the Larung Gar Buddhist Institute in Sertar county (known as Seda in Chinese) in the remote Garze Tibetan Autonomous Prefecture in southwest China's Sichuan province. The monastery founded in 1980 has become one of the largest and most influential centres for the study of Buddhism with up to 40,000 monks and nuns in residence for parts of the year. AFP PHOTO / FRED DUFOUR / AFP / FRED DUFOUR

This picture taken on December 8, 2015 shows homes of Buddhist nuns and monks from the Larung Gar Buddhist Institute in Sertar county (known as Seda in Chinese) in the remote Garze Tibetan Autonomous Prefecture in southwest China’s Sichuan province. The monastery founded in 1980 has become one of the largest and most influential centres for the study of Buddhism with up to 40,000 monks and nuns in residence for parts of the year. AFP PHOTO / FRED DUFOUR / AFP / FRED DUFOUR

Voir tous ses articlesUrsula Gauthier

 

Sévèrement réprimé au Tibet, le bouddhisme connaît un renouveau extraordinaire dans la province chinoise du Sichuan. Larong Gar, perché à 4.000 mètres d’altitude, attire des dizaines de milliers de moines tibétains, mais aussi des convertis chinois han. Les femmes y sont les plus nombreuses.

A flanc de colline, les habitations des moines et moniales venus étudier à Larong Gar. (Fred Dufour/AFP)

Agglutinées autour des collèges et des temples, de minuscules cahutes en rondins servent de cellules pouvant accueillir une ou deux personnes. Les lieux publics, exigus, vibrent à toute heure. Dans les venelles étroites, une foule de silhouettes, drapées de la toge bordeaux des religieux de l’école Nyingma, se hâtent vers les shedra, les imposants collèges aux toits dorés où sont prodiguées les « cinq sciences bouddhiques ».

Larong Gar n’est pas un monastère classique. Il ne possède pas sa propre communauté de religieux, ni les imposants b&aci

Article réservé aux abonnés