Les nouvelles de Novembre 99



Arrestation sur les toits
Le dictateur chinois en France:
toutes les photos des manifestations

Sur cette page:

Pour Noël, je n'achète pas de jouets "Made in China"
Votez pour le Tibet !
La commission d'enquête de la Banque Mondiale rentre de Chine
Eté 2000: Après la Marche du Tigre, la Transalpine Tibétaine
64 Tibétains dont quatre femmes arrêtés près du mont Everest
Enfants prisonniers au Tibet
Le Panchen Lama citoyen d'honneur de la ville de Lyon

Histoires d'horreur : rapport sur la torture au Tibet
80 manifestants tibétains jetés en prison au Tibet
Nouvel appel du TYC à la Commission des Droits de l'Enfant
Le bug de l'an 2000 pourrait provoquer des révoltes en Chine
Des officiels démentent la mort en prison du jeune Panchen Lama
Mais quel a été le nombre total de personnes interpellées en France?

PARIS COMPLICE DE PEKIN
A propos du sujet diffusé dans le "Vrai Journal"
Plus d'infos sur le manifestant qui s'est approché du président chinois
Ne manquez pas le Vrai Journal !
Manifestants sur les toits - un manifestant arrêté près de Jiang
APPEL A TEMOINS
Lundi : une trentaine d'interpellations à Paris
Deux manifestants enchaînés au siège du PS !
Les CRS chargent des manifestants pro-tibétains à Paris !
Plus d'une centaine de manifestants pro-tibétains interpellés à Paris
Manifestons partout où ira Jiang Zemin !
Jiang Zemin: de la Corrèze au protocole parisien
MANIFESTONS CONTRE LA VENUE DE JIANG ZEMIN
Lyon: Six défenseurs du Tibet emportés par la police
Des militants contre le «Pinochet de Pékin»
Visite controversée en France pour le président Jiang Zemin

barre.gif (1261 octets).

Toycott
D'après le bulletin n°4 du CSPT-Suisse - et le site tibet-info.org
L'appel au Boycott étant interdit en France... ceci n'en est donc pas un !! Chacun jugera...

barre.gif (1261 octets)

Votez pour le Tibet !

Rendez visite MAINTENANT au site ci-dessous pour voter pour le Tibet, comme un enjeu important vis-à-vis de l'Organisation Mondiale du Commerce à Seattle. C'est une bonne opportunité pour montrer que le mouvement pro-tibétain ne permettra pas une liberté commerciale déchaînée, sans des libertés déchaînées au Tibet! Nous atteignons maintenant presque 50% des votes, pourcentage qui a doublé en 2 jours! Le sondage est fait par un journal de Seattle, qui publiera les résultats.

http://www.seattleinsider.com/news/1999/11/30/wtopolls.html


(Campagne lancée par "International Tibet Independence Movement")

barre.gif (1261 octets)

Projet controversé de transfert de population au Tibet,
financé par la Banque Mondiale:

La commission d'enquête rentre de ChineBanque Mondiale

La commission d’enquête indépendante de la Banque mondiale est aujourd’hui rentrée de son voyage de trois semaines en Chine, ce dernier comprenant une longue visite sur le site proposé par le Projet de réduction de la pauvreté en Chine occidentale au Qinghai. Le directeur de la commission, Jim MacNeill du Canada, a déclaré que la commission avait terminé cette étape essentielle de vérification de conformité avec les objectifs et procédures de la banque que le Conseil de la banque lui avait demandé d'effectuer.
(...) Le groupe a fait appel à ses propres interprètes pour les langues suivantes : le mandarin, le dialecte tibétain de l’Amdo et le mongol.
La commission s’est entretenue longuement à Pékin avec des dirigeants de la Banque mondiale participant à l'élaboration du projet. Elle a rencontré des dirigeants du gouvernement national et provincial et des experts de divers instituts participant au projet à Pékin et dans la province du Qinghai. Elle a visité des villages "sources" (move-out) dans plusieurs comtés près de la capitale Xining du Qinghai et elle a parlé avec des dizaines de personnes, de familles et de groupes. Elle en a fait de même dans la zone "cible" (move-in) dans le comté de Dulan, en parlant avec des dizaines de personnes. (...)
"L’équipe est revenue avec un grand nombre de faits et informations qu’elle doit maintenant évaluer" a déclaré M. MacNeill. "Elle a aussi élaboré les bases des prochaines étapes de l’enquête qui consistera en des entretiens complémentaires avec des dirigeants de la Banque mondiale de Washington participant à l'élaboration du projet."
Le 24 juin 1999, le Conseil avait approuvé le "Projet de réduction de la pauvreté" en Chine occidentale sous réserve des résultats de la commission d’enquête.
(...)
Traduction: © asbl Les Amis du Tibet - Belgique (Samantha H., Giselle S. et Raymond M.) - site www.tibet-info.org
Source : BANQUE INTERNATIONALE PRIVEE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT - ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - 28 octobre 1999 - Internet : http://www.worldbank.org
WTNN - 31/10/99

barre.gif (1261 octets)

Eté 2000: Après la Marche du Tigre, la Transalpine Tibétaine !

Pour un Tibet libre: Après le succès de la «Marche du Tigre» (organisée par le CFTL) qui s'est déroulée du 2 au 24 octobre 1998, entre Lyon et Marseille, un nouveau projet de marche est en préparation pour l'été 2000 entre Nice et Genève, via les sommets alpins.

Une brochure faisant le bilan de la marche de 1998 est disponible (contre 30FF) auprès de:
La Marche du Tigre, 6 rue Marius Gonin, 69005 Lyon
Tél : 04 72 77 56 73 ou
04 72 00 27 88, Fax: 04 72 77 56 73, Mobile: 06 80 85 26 04

barre.gif (1261 octets)

64 Tibétains dont quatre femmes arrêtés près du mont Everest

KATMANDOU – Un groupe de 64 jeunes Tibétains dont quatre femmes ont été arrêtés à un point de contrôle situé au Népal près du mont Everest alors qu’ils fuyaient leur patrie gouvernée par les Chinois, a déclaré un policier mercredi dernier. C’est la deuxième fois en une semaine qu’un grand groupe de Tibétains essaie d’atteindre le Népal.
Ils ont été arrêtés après être entrés au Népal sans documents de voyage légaux, a révélé la police.
"Nous avons enregistré les déclarations des 64 Tibétains qui se sont échappés de la province de l’Amdo au Tibet pour préserver leur liberté politique et avons constaté qu’ils ne possédaient pas de documents de voyage valides," a-t-elle précisé.
"Nous les avons transportés à Katmandou et les avons remis au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés par l’intermédiaire du département de l’immigration." Ils est prévu qu’ils soient ensuite placés au Centre d’accueil des réfugiés tibétains à Katmandou.
La semaine précédente, un groupe de 73 Tibétains avait été arrêté près de la vallée de Solu à proximité du mont Everest. Ils ont depuis été conduits à Dharamsala dans le nord de l’Inde où est établi le chef religieux tibétain, le Dalaï Lama.
"Le nouveau groupe de 64 jeunes Tibétains sera hébergé au Centre d’accueil tibétain pendant environ une semaine. Ils recevront une paire de vêtements chauds et des chaussures avant d’être conduits à Dharamsala", a déclaré une source tibétaine.
Depuis le début de cette année, 1864 personnes ont fui le Tibet pour un périlleux voyage de près de 350 kilomètres à travers les montagnes dangereuses "souvent sans nourriture et sans chaussures adaptées pour la neige"
, a ajouté le Tibétain.
Traduction : Patrick M. (site http://www.tibet-info.org)
Source : AFP – November 24, 1999 et TIMES OF INDIA - November 25, 1999

barre.gif (1261 octets)

Enfants prisonniers au Tibet

Parmi les nombreux prisonniers tibétains qui parviennent en Inde et qui reçoivent l'attention des associations, 12 % auraient été arrêtés, inhumainement torturés et emprisonnés dans des prisons chinoises au Tibet alors qu'ils n'étaient encore que des enfants!
Ces enfants martyrs avaient tous entre 11 et 15 ans lors de leur arrestation et leur condamnation, et leur temps d'emprisonnement a duré de 2 à 3 ans et demi ! De quoi donc étaient-ils accusés ?
Ils avaient tous participé à des manifestations pacifiques à Lhassa, se joignant à la population pour revendiquer le respect des Droits de l'Homme et la liberté religieuse au Tibet.

De ces 12 %, 90% souffrent aujourd'hui de très graves séquelles des tortures subies lors de leurs arrestations, lors des interrogatoires par la police, les procureurs chinois, et plus tard par les gardiens de prison. La moitié d'entre eux ne peuvent espérer une guérison totale (plusieurs ne marcheront plus jamais normalement, l'un ne peut plus rire, ni courir ni chanter en raison de douleurs dans la poitrine, une jeune fille a les pieds et les mains gelés pour avoir été placée sur des plaques en métal glacées en prison...)
Dans la seule section hommes de la prison de Trisom, on comptait fin mai 1997 au moins 12 prisonniers âgés de 14 à 17 ans, tous condamnés à 3 ans d'emprisonnement parce qu'ils avaient participé à des manifestations pacifiques. Au moins deux garçons sont encore sous les verrous.
La violation des Droits de l'Homme et de l'Enfant au Tibet est une évidence qui peut à chaque moment être démontrée par des témoignages crédibles. Pourtant les instances internationales (ONU) restent indifférentes à cette situation.
Arrivé à Dharamsala, un de ces enfants martyrs croyait que l'emprisonnement d'enfants était une chose "normale" ! Pourquoi ?
"Parce qu'au Tibet, il y a beaucoup d'enfants qui sont arrêtés et jetés en prison pour plusieurs années, pour avoir crié 'Pö Rangzen' ("Liberté au Tibet") sur le Barkhor avec d'autres Tibétains", a-t-il répondu !...
Source : correspondant Tibet Info (.net) / CSPT

barre.gif (1261 octets)

Le Panchen Lama citoyen d'honneur de la ville de Lyon

Dans le cadre du rassemblement prévu par la ville de Lyon pour marquer les dix ans de la Convention des Droits de l'Enfant, l'association Lions des Neiges vous propose de la rejoindre pour soutenir le jeune Gendhun Choekyi Nyima, le Panchen Lama, qui sera à cette occasion, déclaré officiellement citoyen d'honneur de la ville de Lyon.

A Lyon: le 20 Novembre, place des Terreaux devant l'Hotel de Ville, de 14H a 18H.

Devant la nouvelle alarmante de la mort éventuelle du jeune Gendhun Choekyi Nyima, s'agira-t-il d'un titre posthume?
Cette prise de position tardive sera-t-elle un rendez-vous manqué avec l'Histoire?...

(Raymond Barre chercherait-il à se rattraper un peu tard, de l'accueil qu'il a réservé à Jiang Zemin...?)

barre.gif (1261 octets)

Histoires d'horreur : un rapport sur la torture au Tibet


NOUVEAU DOSSIER très important sur le site Tibet-Info :
Histoires d'horreur : le rapport sur la torture au Tibet, en français
(du Tibetan Center for Human Rights and Democracy - janvier 1999)

Cliquez à droite

Dossier Torture

barre.gif (1261 octets)

80 manifestants tibétains jetés en prison au Tibet

DHARAMSALA - Confirmant des rapports relatant une manifestation qui a éclaté le 31 octobre dernier dans la région de Karze, des sources en provenance du Tibet affirment que le personnel de la sécurité chinoise a arrêté jusqu'à quelques 80 manifestants. La manifestation qui a rassemblé 3.000 Tibétains de la région avait pour but d'exiger la libération du maître spirituel Geshe Sonam Phuntsock, son assistant Shotruk et Agya Tsering du monastère de Karze, arrêtés le 24 octobre 1999.
Les autorités prétendent que l'arrestation des trois moines était liée aux attentats à la bombe et à la campagne d'affiches pour l'indépendance qui ont ébranlé la région de Karze les mois derniers. Toutefois, des sources en provenance du Tibet affirment que la raison de leur arrestation est le refus du monastère de Karze de soutenir les adeptes de Dorje Shugden, un esprit dont le culte est déconseillé par Sa Sainteté le Dalaï Lama.
Les rapports disent aussi que le monastère de Karze a rejeté l'offre de présents et l'invitation à dîner de Thupten, un adepte de Shugden, moine du centre de Dharma Rabten Choeling en Suisse se rendant fréquemment à Karze.
Thupten avait apparemment fait des offrandes aux moines du monastère de Karze et invité les plus grandes figures spirituelles à un dîner. Cependant, les moines de Karze ont rejeté son offre afin de montrer leur mécontentement face au refus de Rabten Choeling de suivre les recommandations de Sa Sainteté le Dalaï Lama de ne pas adorer l'esprit de Dorje Shugden. Ce centre de Dharma établi en Suisse est l'un plus grands adeptes du culte de Shugden.
Au cours des deux dernières années, les autorités chinoises et les adeptes de Shugden ont uni leurs efforts afin de miner l'image internationale de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Les autorités chinoises ont aussi arrêté un certain nombre de personnes qui ont critiqué Shugden au Tibet.
Traduction de l'anglais : Patrick M. (site http://www.tibet-info.org)
Source : Department of Information and International Relations (DIIR) - November 10, 1999

barre.gif (1261 octets)

Nouvel appel du Tibetan Youth Congress à la Commission des Droits de l'Enfant

DHARAMSALA - Le chef de l'administration de l'Etat sur les affaires religieuses a tenu à Pékin une conférence de presse à propos de la secte religieuse Falung Gong. Un des journalistes lui a demandé si le XIe Panchen Lama était encore en vie ou non. Cette question a été posée après que M. Ma Zhungliang, un correspondant de la prétendue Free China News Agency, ait révélé l'information selon laquelle le corps d'un jeune garçon ressemblant au Panchen Lama emprisonné a été incinéré le 19 octobre dernier par des agents du Bureau de la sécurité publique.
Il n'y a pas de fumée sans feu. La Chine doit s'expliquer sur cette affaire. Sans se soucier de la véracité de cette information, le Tibetan Youth Congress (TYC) exige que la Chine montre le jeune Panchen Lama à la communauté internationale afin de lever tout soupçon concernant sa mort suite à la publication de cette nouvelle.
C'est précisemment en raison de cette crainte que nous avons demandé l'intervention de la Commission des Droits de l'Enfant
des Nations unies lors de notre grève de la faim à Genève en avril-mai devant le siège de l'ONU, où se déroulait la 55e session de la Commission des Droits de l'Homme des Nations unies.
La Chine a pour habitude de démentir les événements qui ont véritablement eu lieu... lire la suite sur le site Tibet-Info...
Traduction de l'anglais : Patrick M. et Francis L.
Sources : Tibetan Youth Congress - November 5, 1999 et WTNN - November, 8 1999, et site Tibet-Info

barre.gif (1261 octets)

Le bug de l'an 2000 pourrait provoquer des révoltes en Chine

LES AUTORITES CHINOISES «sont terrorisées» par le bog, selon le "South China Morning Post" (27/10), quotidien indépendant publié à Hong-Kong.
Classée par les Etats-Unis parmi «les quatre pays dans lesquels les problèmes engendrés par le bog peuvent provoquer des révoltes», la Chine «a mobilisé l'ensemble de ses forces armées», afin de «réprimer» d'éventuels mouvements protestataires, indique le «Post», et toute référence au bog est censurée dans les médias...
Si personne n'en parle en France, la Chine commandera quelques Airbus en plus ?
Le Canard Enchaîné, 3 Nov. 99

barre.gif (1261 octets)

Des officiels démentent la mort en prison du jeune Panchen LamaLe Panchen Lama est-il mort?

Un rapport faisant état de la mort en prison de la onzième réincarnation du Panchen Lama a été démenti par des officiels chinois.
Cette information diffusée sur le site internet de la "China Freedom News Association", prétend que la dépouille du jeune garçon de 9 ans, Gendhun Choekyi Nyima, disparu avec sa famille après avoir été identifié par le chef spirituel tibétain en exil, le Dalaï Lama, a été incinérée le mois dernier.

Le rapport cite des sources proches de la Police armée du peuple de Gansu qui affirment qu'une escouade spéciale a été sélectionnée pour escorter un véhicule transportant la dépouille d'un "criminel majeur" de la prison n°1 de Lanzhou au crématorium situé dans la banlieue sud. Le corps aurait été celui d'un petit enfant décharné qui ressemblait aux photos du Panchen Lama.
Les officiels de la prison démentent le rapport.
A Pékin, Yu Xiaowen, directeur-général de l'administration de l'Etat pour les affaires religieuses, a déclaré que cette histoire n'est que pure rumeur.
Pendant ce temps, la police ouvrait le feu sur 3.000 manifestants tibétains qui demandaient la libération de trois moines arrêtés parce que les autorités chinoises les supectaient d'avoir entretenu des contacts avec le gouvernement en exil du Dalaï Lama.
Selon le Tibetan Center for Human Rights and Democracy (TCHRD), au moins dix Tibétains ont été placés en détention suite aux protestations de dimanche à Karze, une ville située dans une région peuplée de Tibétains de la province du Sichuan.
Le TCHRD, basé à Dharamsala (Inde), où est établi le Dalaï Lama, a déclaré que le nombre de morts et/ou blessés n'est pas connu, et qu'il n'a pas pu définir combien de coups de feu les policiers ont tirés.
Traduction : Francis L. et Patrick M.: site http://tibet-info.org
Source : South China Morning Post - November 5, 1999

Communiqué de l'association "Tibet Démocratie" (Genève):
Même si cette information, que les officiels chinois taxent de rumeur, s’avérait fausse, il serait grand temps que Pékin accompagne ses dénégations d’une preuve tangible.
Depuis l'enlèvement du Panchen Lama en mai 1995, aucune nouvelle n’a filtré. Aucune commission n’a pu se rendre sur place et nous rassurer sur son état de santé, si tant est qu’il soit encore vivant.
En avril dernier déjà, alors que trois tibétains menaient une difficile grève de la faim face à l'ONU dans l'espoir d'attirer l'attention de la Commission des Droits de l'Homme sur l'urgence de la situation au Tibet, une information alarmante arrivait en Europe.
Un Tibétain qui venait de fuir le régime chinois disait avoir appris qu'on empoisonnait quotidiennement le petit Panchen Lama par le biais de sa nourriture. Cette allégation, jamais confirmée, redevient inquiétante aujourd'hui.
Le Comité des Droits de l'Enfant des Nations Unies avait reçu l'un des 3 grévistes de la faim début mai, promettant de mettre rapidement sur pied une délégation susceptible de rendre visite à l'enfant. Force est de constater qu'il n'en a rien été jusqu'à ce jour.

barre.gif (1261 octets)

Mais quel a été le nombre total de personnes interpellées pendant la visite de Jiang Zemin en France ??RSF

La Préfecture de Police a tout simplement refusé de nous répondre à ce sujet ...!!!

Aux 135 personnes annoncées comme interpellées le dimanche 24 après-midi, s'ajoutent probablement au moins 19 personnes, interpellées suite à la charge de CRS dimanche soir. Et combien d'autres dans la soirée? Et au moins une trentaine de personnes lundi 25... dont douze adeptes pacifiques de Falun Gong.. Et au moins six personnes à Lyon le 22... et les journalistes de Lyon Capitale... et les deux journalistes de Canal Plus sur les toits... Tous retenus entre 3 et 4 heures, dans des conditions souvent pénibles (avez-vous visité la "cage" réservée aux gardes à vue?)
A ces personnes interpellées souvent sans même avoir manifesté (interpellations "préventives" : la présidente de France-Tibet arrêtée un éclair au chocolat à la main, des Tibétains arrêtés parce qu'ils portaient le costume traditionnel...!), s'ajoutent combien d'autres ? Le total dépasse-t-il 200 personnes? 250 ?? Beau résultat !
Et parmi eux, des personnes âgées de 84 et 88 ans, plusieurs enfants de moins de 10 ans, et même un bébé de quelques mois, embarqués pour plusieurs heures ! Un jeune tibétain violemment plaqué au sol et menoté après avoir brandi un drapeau au passage du cortège. Il porte encore les traces des violences de la police, qui a eu la finesse de lui dire qu’il ferait mieux de "rentrer chez lui" ! Mais c’est précisement ce pour quoi il manifestait...!!

Sans aller jusqu'à penser que notre président a cédé à une pression ou une menace de Jiang Zemin, ce qui pourrait constituer une ingérence de ce dernier dans la politique intérieure française, il est clair d'une part que :
- Cette répression brutale contre des manifestants NON-VIOLENTS a du réjouir le dictateur chinois, qui a trouvé en France un semblable (qui s'assemble se ressemble, dit le dicton populaire français) et a du se sentir absout sinon légitimé pour les pratiques de répression qui sont les siennes...
- D' autre part, les français connaissent maintenant les limites étroites de l'attachement de leur président à la défense des droits de l'homme !!

Notre APPEL A TEMOINS tient toujours !

PS: Savoureux: les autorités françaises exprimant l'interdiction de manifestation pour le mouvement spirituel Falun Gong, non contentes de faire état d'une possibilité de "troubles à l'ordre public", se justifient en ces termes: "J'observe qu'il s'agit d'une manifestation qui tend à dénoncer un état de fait qui relève exclusivement de la politique intérieure de la Chine" !
Depuis quand les "arguments" chinois sont-ils repris textuellement par la France?

Communiqué de France-Tibet (merci à Pierrette, notre résistante)

barre.gif (1261 octets)

PARIS COMPLICE DE PEKINIls ont osé

Le témoignage d’un des nombreux manifestants arrêtés dimanche soir sur les Champs Elysées.

J'ai séjourné au Tibet; j’ai connu à Lhassa la surveillance des officiers chinois qui épiaient au deuxième jour de ma visite tout fait et geste, veillant scrupuleusement à ce que je ne distribue pas de photos de Sa Sainteté le Dalaï Lama, photo interdite à Lhassa. Au moindre geste deux officiers s'approchaient, sans parler des espions planqués derrière les vitres de 4x4 tout près du Barkhor. Tout cela sous l'oeil indiscret des caméras perchées sur les toits, y compris au Potala.
Je fus saisi par les larmes d'un moine qui se laissa aller en voyant l'image de Sa Sainteté. En août 98 j’ai été subjugué par le courage de femmes tibétaines qui acceptèrent de témoigner dans un micro face au Jokhang, planquées sous des tables d'étalages, et qui pleuraient leur haine (supports sonores disponibles) en dénoncant l'invasion chinoise et la privation de libertés. Quant à Lhassa, sinisée, je ne la reconnaissais plus. (...) Et après avoir traversé le royaume de Guge et de Purang, merveilles du monde, je passais la frontière tibeto-népalaise sous le drapeau chinois, et là je pleurais.

Dimanche dernier c'est à tout ca que je pensais dans le car de la police, sous les regards hagards et mouillés de larmes des enfants, jeunes, cinq-six ans, embarqués d'office, tout comme le fut, de force cette fois, leur mère, sous leurs yeux.
Quatre CRS l'embarquèrent de force en effet, sans lui laisser le temps de manifester son désaccord. A l'intérieur du bus, les gosses pleuraient, puis les tibétains âgés pleuraient à chaudes larmes.
Alors je sentis en moi monter un sentiment de haine et de dégoût et pendant 10 minutes, comme si tous ressentions la même chose, nous avons explosé et frappé les cotés du bus, sous le regard des gens à l'extérieur qui applaudissaient en nous entendant scander "Liberté au TIBET" ! Nous avons arrêté car les enfants étaient pétris de peur et pleuraient encore. Et nous avons chanté la Marseillaise, tout en pensant au fond de nous "Paris complice de Pékin !"
Les Tibétains dans le bus comprenaient que même dans le pays des droits de l'homme, l'exercice de la démocratie trouve vite ses limites.
Sur la forme jamais on ne me dit pourquoi je fus arrêté, jamais on ne me lit mes droits, jamais on ne me demanda quoi que ce soit sauf ma carte d'identité. Je ressortis près de 3 heures après l'arrestation.
C'est l'histoire d'un dimanche au pays des droits de l'Homme. Quant à l'image de Bernadette, elle m'a choqué, mais quelque part j'en suis sûr, elle aura marqué les esprits pour l'avenir: il faudra se rappeler !
J'ai compris dimanche qu'il faut hausser le ton.
A. Pact

Les Chinois ne veulent pas d'ingérence dans leurs affaires, mais est-ce que tout ceci n'est pas une ingérence chinoise dans notre gestion de l'ordre public et dans l'exercice démocratique de manifester qui est inscrit dans la Constitution ?

barre.gif (1261 octets)

A propos du sujet diffusé dans le "Vrai Journal"

RENDONS A CESAR....
Un grand bravo à l'équipe de SOLIDARITE TIBET et au groupe Tryo, sans qui ce reportage n'aurait pas vu le jour !
Je regrette comme eux que leur action en Corrèze, ou ils ont tenté de remettre 30000 signatures pour le Panchen Lama, ait été éludée dans le reportage ; de même que leur action d'enchaînement devant le PS. Solidarité Tibet n'est même pas cité dans le sujet.. Les journalistes ont visiblement choisi d'axer sur notre action sur les toits, plus télégénique.
Il est également dommage que ne soit pas mentionnée ni montrée l'action de Philippe W. qui a réussi à approcher à quelques mètres la voiture de Zemin (avant de se faire tabasser !). Le reportage commet une petite erreur en disant que JZ n'aura pas vu un seul drapeau tibétain...
Autre erreur du reportage : des images de propagande chinoise (moines déposant des fusils) montrées sans commentaire. Et des images datées de 1950 alors qu'elles sont de 1959.

ERRATUM
Contrairement à ce qui est dit dans l'émission, je ne suis pas Président de France-Tibet... (et je ne souhaite pas le devenir !)
Une petite erreur des journalistes qu'il a été trop tard de corriger lorsqu'elle a été découverte vendredi.

Tout cela n'enlève rien à la qualité globale du sujet, qui aura permis de faire connaitre au public le cas du Panchen Lama, et la répression policière pendant le voyage de JZ. Trois sujets très bons sur ce voyage (avec le "Bidule" et le sketch sur Airbus)
Le message passe donc bien, merci à Karl Zero et à son équipe.

Christophe, F-T

barre.gif (1261 octets)

Plus d'infos sur le manifestant qui s'est approché de la voiture du président chinois

Un militant pro-tibétain a réussi le 25 octobre après-midi à déjouer le service de sécurité et à passer à travers les voitures du cortège, jusqu'à la voiture du président chinois, avec un drapeau tibétain, en criant "Liberté pour le Tibet".
Les gardes du corps, armes à la main, l'ont alors plaqué au sol, et lui ont passé les menottes avant de le traîner jusqu'à un porche où il a été sévèrement battu.
Gardé solitaire pendant 4 heures dans un car de police, ils l'ont ensuite conduit au commissariat du 13ème arrondissement où son identité ayant été contrôlée, il a pu être libéré vers 23h30.

Source : témoignage direct
FOCUS - France/Jiang

barre.gif (1261 octets)

SURTOUT NE MANQUEZ PAS
LE "VRAI JOURNAL" DE KARL ZERO
DIMANCHE 31 OCTOBRE A 12H40, SUR CANAL + EN CLAIR

La course-poursuite avec la police corrézienne près du château de Bity !
Les manifestations et les interpellations...
Et toutes les images de l'arrestation sur les toits surplombant le cortège
du président chinois !
Charlie Hebdo

"Nous sommes sortis après 4 heures au poste, retenus avec les journalistes de Canal +; Philippe W. est resté tout ce temps dans le car de police.. il a été salement frappé à la tête par les gentils policiers alors qu'il était à terre... il est plein de bleus. Nous avons échappé aux tireurs d'élite du GIPN sur les toits...!"

Des actions radicales de plusieurs associations...

barre.gif (1261 octets)

Manifestants sur les toits - Un manifestant arrêté près de la voiture de Jiang

PARIS, 25 octobre (AFP) - Un manifestant a été arrêté lundi par les forces de l'ordre à quelques mètres de la voiture du président Jiang Zemin qui arrivait au Medef, ont rapporté des témoins.
La scène s'est déroulée peu après 18 heures, avenue de Friedland au siège du patronat français. Malgré l'important dispositif policier, plusieurs manifestants juchés sur le toit d'un immeuble ont jeté des tracts au passage du cortège et ont brandi une banderole.
Trompant la vigilance des forces de l'ordre, un autre homme a réussi a sauter plusieurs barrières de sécurité et a été ceinturé à quelques mètres de la voiture du président chinois.

Les photographes et cameramen qui se trouvaient dans l'enceinte de l'immeuble du Medef n'ont pas vu à quel moment le manifestant a été stoppé par les policiers.
Par ailleurs, un homme qui brandissait un petit drapeau tibétain devant le Sénat où se rendait Jiang Zemin a été matraqué par plusieurs policiers, ont déclaré des témoins.

barre.gif (1261 octets)

APPEL A TEMOINS

Devant tous les abus commis par les "forces de l‘ordre", envers des manifestants non-violents, nous lançons un appel à témoins. Si vous avez été malmené ou maltraité lors de la visite du président chinois, ou si vous avez été témoin de ces mauvais traitements quels qu’ils soient, merci de nous envoyer votre témoignage.
Les témoignages recueillis nous permettront d’entamer une action en justice !

barre.gif (1261 octets)

Une trentaine d'interpellations à Paris lundiCharlie Hebdo

PARIS, 25 octobre - Une trentaine de personnes ont été interpellées lundi en marge de la visite officielle du président chinois Jiang Zemin à Paris, a rapporté la préfecture de police.
Vers 09h00, la police a arrêté devant le théâtre Marigny, non loin du palais de l'Elysée, douze personnes se réclamant de la secte Falun Gong, interdite en Chine après des manifestations de masse.
Les personnes interpellées ont été relâchées après un contrôle d'identité, a dit une porte-parole de la préfecture de police de Paris.
Plus tard dans la matinée, huit membres de Reporters sans frontières (RSF), dont le président de l'association, Robert Ménard, ont été à leur tour interpellés alors qu'ils manifestaient devant le siège parisien de la compagnie Air China, boulevard Malesherbes, dans le VIIIe arrondissement.
Les manifestants venaient de placarder des affiches sur le rideau baissé de la compagnie aérienne.
L'une d'elle portait une photo du président chinois avec l'inscription "Jiang Zemin, un week-end en Corrèze", l'autre, en vis-à-vis, montrait la photo d'un journaliste chinois avec comme légende : "Liu Jingsheng, 15 ans de prison".
Robert Ménard a expliqué à Reuters que trois cars transportant des policiers casque à la ceinture étaient arrivés "de façon un peu exagérée". Les manifestants, a-t-il dit, ont été retenus près de quatre heures au commissariat du XIIIe.
"On ne conteste pas que les autorités françaises reçoivent le président chinois. Mais on n'est peut-être pas obligé de le recevoir en ami", a dit Robert Ménard, selon lequel 48 journalistes ont été emprisonnés depuis l'arrivée de Jiang Zemin au pouvoir il y a six ans, "dont dix sont toujours en prison."
En début d'après-midi, la présidente de l'association France-Tibet, Marcelle Roux, a également été arrêtée non loin de l'Assemblée nationale.
Marcelle Roux, jointe sur son téléphone portable alors qu'elle se trouvait dans les locaux de la police, a soutenu qu'elle ne manifestait pas. "J'ai été arrêtée avec un éclair au chocolat dans la main", a-t-elle dit.

Plus tard dans l'après-midi, neuf autres personnes ont été interpellées près du métro Invalides, ainsi que non loin des jardins du Luxembourg et à proximité de la Chambre de commerce internationale, avenue de Friedland. Elles devaient être remises en liberté après contrôle de leur identité.
(REUTERS)

barre.gif (1261 octets)

Deux manifestants enchaînés au siège du PS !

Pour protester contre l'invitation à Matignon du président Jiang Zemin, deux manifestants se sont enchaînés lundi midi aux grilles du PS rue de Solferino.
Source: Solidarité Tibet

barre.gif (1261 octets)

Les CRS chargent des manifestants pro-tibétains à Paris !Il a osé ! (Photo: VU / REA / Amnesty)

Tandis que 135 manifestants se faisaient arrêter en se rendant aux Invalides, et restaient au poste près de 4 heures - l'heure légale de "vérification d'identité" - d'autres réussissaient à manifester, à plusieurs reprises, sur le passage du cortège du dictateur chinois. Brandissant des drapeaux tibétains, certains ont réussi à s'enfuir, d'autres se sont fait immédiatement interpeller, souvent brutalement, devant des passants indignés de l'attitude policière.
Sans raison apparente (en dehors du fait que les cameramen de Canal + venaient de partir...!), c'est au moment du passage du cortège de Jiang Zemin que les CRS ont choisi de charger une vingtaine de manifestants pro-tibétains non violents ! Ceux-ci se faisaient ensuite interpeller et emmener au poste dont certains ne seraient toujours pas sortis à l'heure actuelle.
Une femme de 40 ans a même été violemment malmenée par quatre CRS, ceux-ci n'arrêtant leur geste qu'après que l'un d'eux ait fait remarquer la présence possible de caméras de télévision.
La police avait usé de moyens énormes pour arrêter certains manifestants sur le trajet allant à Invalides, arrêtant certains sur le trajet après les avoir suivis en voiture depuis Bastille, prenant prétexte d'une surcharge de passagers! D'autres ont été arrêtés après un prompt encerclement par les forces de l'ordre, une fois arrivés à Invalides. Ceux-ci ont été tenus en respect par les forces de l'ordre et gardés un long moment dans l'atmosphère étouffante d'un bus surchargé avant de pouvoir respirer, puis d'être libérés plusieurs heures plus tard.
Qu'en est-il de la liberté d'expression et de circulation en France, quand la France invite le président de la plus grande dictature du monde?
Communiqué de France-Tibet dans la nuit du 24 au 25 octobre 99.

barre.gif (1261 octets)

Plus d'une centaine de manifestants pro-tibétains interpellés

PARIS (AFP) - Dim 24 Oct 99 - Plus d'une centaine de manifestants pro-tibétains (135 selon la préfecture de police) qui protestaient contre la venue en France du président chinois Jiang Zemin, ont été interpellés, dimanche vers 18H00, dans les quartiers des Champs-Elysées et des Invalides, et conduits dans plusieurs commissariats pour vérification d'identité.
Ces manifestants avaient participé, dans l'après-midi, à un rassemblement place de la Bastille à Paris, pour protester contre la venue en France du président chinois.
Seul ce rassemblement - auquel a notamment participé Jack Lang, le président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale - avait été autorisé par la PP.
Quittant la place de la Bastille, qui à pieds, qui en métro, en voitures ou en cars, les manifestants arborant des drapeaux du Tibet et des banderoles pour "la liberté au Tibet", ont tenté de rejoindre les Invalides où la cérémonie d'accueil du président chinois s'est déroulée dans la cour d'honneur.
D'autres ont tenté de se rendre à la résidence de l'Hôtel Marigny, annexe de l'Elysée, où le président Jiang Zemin est accueilli.
Ils ont été bloqués sur leur chemin par la police, interpellés et conduits dans divers commissariats parisiens pour vérification d'identité.

barre.gif (1261 octets)

Pour la Liberté et les Droits de l'homme, manifestons partout où ira Jiang Zemin !
Portons haut les couleurs du Tibet !

Il y a deux semaines exactement, sous les coups portés par la police chinoise, un Tibétain est mort à Lhassa. Son crime : avoir tenté de hisser le drapeau de son pays !
Ci-dessous se trouvent les différentes étapes du programme officiel de la visite du dictateur chinois: nous aimerions y voir le maximum de monde ! Manifestez afin qu'il sache que le Tibet le poursuivra partout !

Dimanche 24 : 16h30 Arrivée à Invalides puis réception officielle à Invalides

Lundi 25 :

9h15 - Chirac – Elysée - 55, rue du Faubourg St Honoré, Paris 8°

10h45 - Conférence de presse

11h30 – Jospin – Matignon - 57 rue de Varenne, Paris 7°

13h00 - Déjeuner avec Jospin

16h00 - Assemblée Nationale, rue de l’Université, Paris 7°

16h40 – Sénat

17h55 – Medef : Centre de Conférence International, 19 Av. Kleber, Paris 8°
             (oubien à la Chambre de commerce de Paris, 27 av de Friedland, Paris 8°)

20h00 - Dîner à l'Elysée

Mardi - 9h30 - Départ pour Lisbonne depuis Orly

Nous demandons à chacun de manifester de manière non-violente. D'autres organisations ou causes peuvent être présentes à certains endroits – respectez leur droit à manifester. Merci de noter que France-Tibet n'est pas responsable de ces manifestations; nous sommes simplement une organisation participante. Assurons-nous que Jiang Zemin saura reconnaitre les opposants a sa dictature, qu'ils soient chinois, tibétains, mongols ou ouighours !

Qu'en est-il de la liberté d'expression et de circulation en France ?

Ce vendredi 22 octobre à Lyon, le dissident chinois Wei Jinsheng réussissait à interpeler le dictateur Jiang Zemin à l’aide d’un mégaphone, l’appelant à suivre la voie des réformes démocratiques. La police française, obligée de préserver les oreilles sensibles du président chinois, couvrait ses appels à l’aide de ses sirènes.
Pendant ce temps, six personnes proches de l'association "Lions des Neiges" étaient embarquées par la police, pendant plusieurs heures, pour la seule raison qu'elles possédaient des drapeaux tibétains. Les journalistes d’un journal local étaient tous emmenés pour "vérification d’identité".
La sécurité à Lyon est phénoménale, avec un centre-ville bouclé, des routes fermées, le métro coupé, les commercants fermés, un millier d’hommes, huit compagnies de CRS... Mais de quoi ont-ils peur ? De manifestants non-violents ?
Qu'en est-il de la liberté d'expression et de circulation en France, quand la France invite le président de la plus grande dictature du monde?

VIGILANCE, CITOYENS !

La liberté républicaine d’expression et de circulation des défenseurs des droits de l’homme est bafouée !
La France tâche-t-elle d'exporter la démocratie ou au contraire d'importer la dictature?

Laissons Jacques Chirac avoir la complaisance d’inviter, aux frais du citoyen, son "ami" dans son château de Bity pour des discussions "au coin du feu"... Messieurs les politiques, rendez-vous aux prochaines élections : les défenseurs des droits fondamentaux de la personne humaine sauront choisir ceux qui ne deviendront pas de serviles valets du business et de la mondialisation !

(Manifestation à la Bastille le 24 à 15H30 : Appel de nombreuses associations dont la Communauté Tibétaine en France, France Libertés, Fédération pour la Démocratie en Chine, Solidarité Chine, Amnesty International, la FIDH, le CSPT, Reporters sans frontières, les Verts, France-Tibet...)

barre.gif (1261 octets)

Jiang Zemin: de la Corrèze au protocole parisienDeux amis (Photo AFP)

PARIS, 24 oct (AFP) - Dim 24 Oct 99 - Une cérémonie d'accueil au plus haut degré du protocole français a marqué dimanche après-midi dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides à Paris le début de la visite d'Etat en France du président chinois Jiang Zemin. De mémoire de responsable du protocole, aucun chef d'Etat étranger n'avait encore reçu les honneurs militaires dans ce cadre majestueux.
Honneur suprême dont le président chinois aura été le premier à bénéficier depuis plusieurs années, c'est escorté par 180 gardes républicains à cheval qu'il a ensuite gagné, en compagnie du président français Jacques Chirac, sa résidence de l'Hôtel Marigny.
Ce protocole exceptionnel contrastait avec l'intimité de la première partie de la visite en France du numéro un chinois et de son épouse Wang Yeping, qui ont été samedi et dimanche les hôtes de Jacques et Bernadette Chirac au château de Bity, leur résidence privée de Corrèze.
Dans la matinée, Jiang Zemin, visitant la Maison des Monédières à Chaumeil, avait pris tout son monde de court en entraînant Bernadette Chirac dans quelques pas de valse au son d'un accordéon qu'on venait de lui offrir.
Les conditions de l'accueil du président chinois ont été dénoncées par les militants des droits de l'homme qui ont manifesté dimanche après-midi place de la Bastille. Plusieurs centaines de personnes tenaient à marquer ainsi leur soutien aux dissidents chinois et au peuple tibétain.
A l'Elysée, on se montrait satisfaits que les premières conversations franco-chinoises, dans le cadre privé de la Corrèze, aient permis d'aborder les questions les plus délicates, y compris les droits de l'homme.
Jacques Chirac et Jiang Zemin ont consacré samedi soir pas moins de trois heures à ces problèmes ainsi que la situation au Tibet. Un dialogue qualifié par le porte-parole de l'Elysée Catherine Colonna d'"inhabituel par sa longueur et le caractère très libre des propos échangés".
Une petite danse avec le Pinochet chinois... (photo AFP)Le chef d'Etat français a fait part "des préoccupations de la France sur les libertés politiques et religieuses et sur la démocratie". M. Jiang l'a assuré de sa volonté de "faire progresser son pays pas à pas" vers plus de démocratie, "sans remettre en cause la stabilité d'un ensemble de plus d'un milliard d'habitants".
Au lendemain du refus du Sénat américain de ratifier le traité d'interdiction totale des essais nucléaires (CTBT), le président chinois a également réaffirmé que la ratification de ce document restait l'"objectif" de la Chine. Paris redoutait que Pékin ne prenne prétexte de l'attitude des Etats-Unis pour se libérer des obligations du CTBT.
Signe d'une intensification de leur coopération politique, les deux chefs d'Etat ont décidé d'installer entre Paris et Pékin un "téléphone rouge" pour rester en contact 24 heures sur 24.
Autre satisfaction, Jacques Chirac a pu annoncer samedi à Lyon la décision de la Chine d'acheter 28 Airbus pour 15 milliards de francs (2,29 milliards d'euros). "C'est bon pour l'Europe, c'est bon pour la France, c'est bon pour l'emploi", a-t-il commenté.
Dimanche soir, M. Jiang devait recevoir la communauté chinoise à l'Hôtel Marigny, avant un dîner privé suivi d'une rencontre avec les diplomates de l'ambassade de Chine.
Lundi matin, il aura un entretien avec le président de la République au palais de l'Elysée, suivi d'un point de presse conjoint puis s'entretiendra à l'Hôtel Matignon avec le Premier ministre Lionel Jospin dont il sera l'hôte à déjeuner.
Des entretiens avec les présidents de l'Assemblée nationale Laurent Fabius et du Sénat Christian Poncelet, puis une réception offerte par le MEDEF (patronat français) sont à son programme dans l'après-midi, avant le dîner d'Etat à l'Elysée.
Jiang Zemin repartira de l'aéroport d'Orly mardi matin à destination de Lisbonne.

barre.gif (1261 octets)


MANIFESTONS CONTRE LA VENUE DE JIANG ZEMIN

JiangZeminbarré.jpg (2717 octets)
Indésirable

ET POUR LA LIBERTE DU TIBET !


         RASSEMBLEMENT
         PLACE DE LA BASTILLE, A PARIS

         LE DIMANCHE 24 OCTOBRE 99 A 15H30

- Pour l'arrêt des violations des Droits de l'Homme en Chine et au Tibet occupé ;
- Pour l'ouverture de négociations sans conditions préalables entre la Chine

  et le Gouvernement Tibétain en exil ;
- Pour la libération immédiate de Gendhun Choekyi Nyima - le jeune Panchen Lama -,

  et de tous les prisonniers politiques !

VENEZ NOMBREUX !!!

MANIFESTATION A BRIVES près de Bity LE 23 OCTOBRE 99 A 14H
Place centrale

MANIFESTATION A LYON LE 22 OCTOBRE 99 de 18H à 21H
Place de la République

barre.gif (1261 octets)

Lyon: Six défenseurs du Tibet emportés par la police

22 Oct. 99: Six personnes proches de l'association "Lions des Neiges" ont été emportées par la police vers 20H30, visiblement pour la seule raison qu'elles se trouvaient dans un bâtiment abritant un journal local. Il est vrai que ce bâtiment se trouve face à la mairie de Lyon où est reçu le président chinois pour une soirée privée...
Ce soir à 23H, on était encore sans nouvelles de leur sort.
La sécurité à Lyon est phénoménale, avec un centre-ville bouclé, des routes fermées, et le métro coupé ce soir de 19H à 22H.
Qu'en est-il de la liberté d'expression et de circulation en France, quand la France invite le président de la plus grande dictature du monde?
La France tâche-t-elle d'exporter la démocratie ou au contraire d'importer la dictature?

Communiqué de F-T et Lions des Neiges

barre.gif (1261 octets)

Des militants contre le «Pinochet de Pékin»

Ils ont prévu de suivre pas à pas les déplacements de Jiang Zemin.

Libération du 22 octobre 99, par ROMAIN FRANKLIN

Photo Reuters
Le président chinois à Londres,
juste avant sa visite en France.

«Est-ce qu'il faut attendre que les dictateurs soient à la retraite pour qu'ils ne puissent plus voyager impunément?»
Marcelle Roux,
présidente de France-Tibet
La visite en France du président chinois ne sera pas un dîner de gala. Pas moins d'un millier d'hommes, dont huit compagnies de CRS, seront affectés à la sécurité de Jiang Zemin, qui doit arriver aujourd'hui en fin d'après-midi à l'aéroport de Lyon-Satolas. De nombreux groupes, associations de défense des droits de l'homme et partisans de l'indépendance du Tibet en majorité, ont prévu de suivre pas à pas les déplacements du président impopulaire. «J'ai mis de l'essence dans ma voiture et je suis prête», jubile la présidente de France-Tibet, Marcelle Roux. «Est-ce qu'il faut attendre que les dictateurs soient à la retraite pour qu'ils ne puissent plus voyager impunément? Jacques Chirac oublie-t-il que Jiang Zemin a du sang sur les mains?» s'emporte-t-elle. «Nous serons partout, et il nous verra partout», promet un autre militant. La Ligue des droits de l'homme, Amnesty International, Reporters sans frontières, France-Libertés, la Licra, la Cimade, le Mrap et plusieurs autres associations ont appelé à un rassemblement ce soir, place de la République dans le centre de Lyon. Un autre doit se dérouler samedi après-midi à Brive-la-Gaillarde, près du château des Chirac, où sera reçu pour le week-end le président de la République populaire et numéro 1 du Parti communiste chinois, puis dimanche après-midi à Paris, place de la Bastille. Plusieurs voix se sont élevées contre le tapis rouge élyséen. Jean-Paul Bret, député PS du Rhône, a décidé de boycotter la réception donnée à Lyon en l'honneur de Jiang. «Si les relations économiques peuvent parfois valoir quelques courbettes diplomatiques, elles ne justifient jamais de se taire sur le pire, c'est-à-dire sur la censure, sur la torture, sur des milliers d'emprisonnements et d'exécutions», justifie-t-il. «Recevoir le président chinois, pour le président de la République, dans sa résidence personnelle en Corrèze, c'est beaucoup», juge Alain Madelin, le président de Démocratie libérale, car «il faut savoir que le président chinois et son régime, ce sont des "Pinochet" chinois». Dominique Paillé, député UDF des Deux-Sèvres, s'est lui aussi déclaré «personnellement très choqué par la manière dont vont se dérouler les réceptions». Le président de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, Jack Lang, a pour sa part décidé de recevoir aujourd'hui au Palais-Bourbon le plus célèbre des dissidents chinois en exil, Wei Jingsheng, qui a purgé dix-huit ans dans le goulag chinois. «Nous ne condamnons pas, en tant que telle, la venue en France de Jiang Zemin, mais nous insistons pour que la question des droits de l'homme soit réellement à l'ordre du jour des entretiens officiels», tempère Sophie Lussier, une porte-parole d'Amnesty, qui stigmatise «l'inquiétante recrudescence des exécutions en Chine» (au moins quatre par jour en moyenne).

L'Elysée tente de parer à ce vent mauvais. Les responsables des ONG protestataires ont été «invités», hier, à une discussion avec le conseiller diplomatique de Jacques Chirac, Jean-David Lévitte. Par ailleurs à Lyon, la préfecture du Rhône a interdit pour «risque de troubles à l'ordre public» une manifestation prévue aujourd'hui de membres de la secte de gymnastique bouddhiste Falungong. Une prévenance à l'égard de Pékin, qui a déclenché depuis cet été une répression tous azimuts contre les pratiquants de Falungong, au nombre de plusieurs millions en Chine. Ces derniers jours encore, onze adeptes ont été arrêtés et cinq autres condamnés sans procès à un an de travaux forcés pour «trouble de l'ordre public».

barre.gif (1261 octets)

Visite controversée en France pour le président Jiang ZeminArrivée à Lyon (Photo AFP)

FRANCE 2, journal de 20H:
"J'estime que le Maire de Lyon et le Président de la république Jacques Chirac, ne jouent pas pleinement leur rôle démocratique en acceptant de recevoir avec autant d'égards quelqu'un qui a autant de sang sur les mains !"
Jean-Luc Chevalier, Président de l'association "Lions des Neiges"

LYON (AFP) - Ven 22 Oct 99 - 19h02 heure de Paris - Le président chinois Jiang Zemin est arrivé vendredi à Lyon, première étape d'une visite de cinq jours en France, que les associations de défense des droits de l'homme et la dissidence chinoise veulent à tout prix "gâcher".
Il doit être reçu dans la soirée par l'ancien premier ministre et maire de Lyon, Raymond Barre, qui donnera une réception et un dîner en son honneur.
Plusieurs centaines de manifestants -autonomistes ouïgours, défenseurs du Tibet "libre", des défenseurs des droits de l'homme et des dissidents- se sont rassemblés dans le centre de Lyon pour exprimer leur hostilité à cette visite.
Samedi, après un déjeuner gastronomique à Lyon, M. Jiang visitera la gare de TGV de Lyon-Satolas avant de s'envoler pour la Corrèze, via Limoges. La visite d'Etat commencera dimanche soir par un accueil officiel à Paris aux Invalides.

barre.gif (1261 octets)

Introuvable, le ?  Mais non...

Retour aux dernières nouvelles