Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/08/15 | 20 h 37 min

Le Festival du film tibétain à Singapour

Tibet_festival_film

Un festival du film célébrant les films et cinéastes tibétains a eu lieu au théâtre « The projector » à Singapour :

Le premier « Festival du Film Tibétain 2015 » vient de se terminer, mis sur pied par Machik –  une organisation non gouvernementale basée à Washington –  travaillant au développement de nouvelles opportunités pour l’éducation, l’autonomie et l’innovation au sein du Tibet. Le festival, qui propose des films et des événements connexes, s’est poursuivi pendant deux jours (les 29 et 30 août 2015).



Le festival a mis en vedette quatre films de cinéastes tibétains et de collaborateurs racontant des histoires tibétaines contemporaines, en plus d’accueillir des programmes hors écran comme des sessions questions / Réponses et des présentations.

Les projections de pointe ont montré « Sacred Arrow » -La flèche sacrée- (2014) par Pema Tseden, l’un des cinéastes tibétains éminents nés au Tibet et connu pour ses films tels que « Old Dog » (2010) et « The search » – La recherche – (2008) ainsi que « The Silent Holy Stones » -les pierres sacrées silencieuses – (2005) qui lui a valu le « Golden Rooster Award ».
« Le plus grand défi pour être un cinéaste au Tibet est le manque de fonds et la ligne rouge ; nous devons contourner l’Administration d’Etat des Films. Espérons que dans l’avenir, l’industrie du film va grandir et que plus d’équipes de professionnels et d’acteurs vont émerger », a déclaré Pema au journal Straits Times dans une interview par courriel.
« J’ai encore beaucoup de projets prévus pour l’avenir. Je serais ravi de rejoindre plus de festivals de films internationaux car ils sont un important moyen de gagner plus de reconnaissance dans le monde entier ».

D’autres films importants tels que « Valley of the heroes » – La vallée des héros-  (2014) par Kashem Gyal, « A Gesar Bard’s Tale » – Un conte de Gesar Bard – (2014) par Donagh Coleman et Lharigtso, et « Summer pasture »  – Pâturages d’été – (2012) par Lynn Vrai ainsi que Nelson Walker III et Tsering Perlo  ont également été projetés au cours des deux jours de Festival.
Lobsang Rabgey le co-fondateur de Machik a déclaré au Strait Times, « Nous avons projeté des films auparavant, mais jamais dans le cadre d’un festival entier. Nous sommes très heureux de projeter à Singapour, qui est un pays mondialisé de l’Asie, avec des spectateurs provenant du monde entier. »
« L’impression a été si bonne que des visiteurs des États-Unis et même de l’Inde nous ont contactés pour organiser un festival là-bas aussi ».

« Machik croit que la créativité et la ténacité des conteurs tibétains, qui se sont engagés à relier un public mondial au Tibet contemporain et aux Tibétains, ont inspiré les réalisateurs au cours des 17 dernières années.

« Le Festival du Film du Tibet a présenté des œuvres d’art qui n’ont jamais été projetées à Singapour; faire le festival est une opportunité qui apporte ces voix dynamiques et vitales pour les habitants de Singapour », propos recueillis sur le site officiel de Machik.

Traduction France Tibet